06/06/2017

Le rituel du base-ball (10)

20170421_191936.jpgÀ Pittsburgh, aux États-Unis, j'ai assisté à un match de base-ball qui m'a beaucoup appris sur l'Amérique. Il s'agissait d'une opposition entre le vainqueur d'une ligue et le vainqueur d'une autre, et la différence entre ces deux ligues ne m'est pas apparue; s'il y en avait une, mes hôtes ne la connaissaient pas. Une s'appelle American, l'autre National. L'une des deux intègre des équipes canadiennes.

Le match opposait les Yankees de New York aux Pirates de Pittsburgh. Non seulement je n'avais jamais assisté à un match de base-ball, mais, de surcroît, je n'étais jamais allé dans un stade pour assister à un spectacle sportif.

Ce qui m'a surpris est l'atmosphère de rituel qui se dégageait de la partie. Tout semblait codé à l'extrême. Seule la réussite des coups n'était pas prévue à l'avance.

Ce qui m'a particulièrement frappé est que quand l'équipe devant attraper la balle éventuellement envoyée par l'homme à la batte, rentre près des lieux où se tient l'entraîneur, les membres courent invariablement à la même allure, à la fois lente et régulière. On ne marche jamais, on ne court jamais plus vite. Ils semblaient faire partie d'une liturgie.

Et c'est le cas. Le sport en Amérique est une forme de culte. Le tapis vert, que je crois synthétique, crée une atmosphère irréelle, comme dans un film de science-fiction. Les costumes des joueurs font de même.

C'est aussi un culte national. Les jeux populaires en Amérique ne sont pas ceux où l'on s'affronte aux pays extérieurs: ils sont constitués de compétitions purement nationales. On ne joue d'ailleurs pas à ces jeux ailleurs. Les villes s'affrontent, et on prend parti, mais sans fanatisme, parce que tout est américain. Si l'Amérique affrontait d'autres pays, on serait peut-être fanatique, mais cela n'arrive pas, car on ne s'intéresse au fond pas au reste du monde.

Pourtant, la nation américaine se veut fraternelle, et les oppositions, en son sein, bonhommes. Il s'agit seulement de rituels opposant facticement les cités, et sur le stade le drapeau qui flotte est surtout, dominant les autres, celui de l'Union, avec ses étoiles: à la fois beau, coloré et complexe, il se suffit pareillement à lui-même. Il est d'ailleurs très présent partout, et souvent très gros.

Avec ses étoiles, il figure le ciel, avec ses bandes, la terre!

Les joueurs de base-ball sont magiques. À l'entrée du stade une statue figure une légende locale, en lui donnant la taille d'un géant. À l'intérieur un immense écran – à la mode américaine – fait passer, pendant les pauses, des interviews de joueurs - mais aussi de petits films où ils jettent des rayons avec leurs yeux, comme les super-héros. Là est le fond du culte. Cela se mêle à une science-fiction qui est elle-même la mythologie d'une religion implicite.

Pour couronner la chose, voici! le stade de Pittsburgh a ses gradins qui font face à la ville moderne, et l'on peut voir, comme un décor, alors que les joueurs s'échinent,e439cbf3fc257203851c4b8340fd2c84.jpg les tours les plus célèbres de la cité!

On a peine à croire, depuis les sièges, qu'elles aussi sont vraies. Et elles semblent, là, des génies gardant la ville et veillant sur les joueurs de son équipe. Elles ont l'allure d'anges gardiens, de dieux protecteurs! Et elles ont, secrètement, été érigées dans ce but - donner corps à ces génies.

Ils émanent de la terre américaine éternelle. Les Américains essaient constamment d'établir une continuité avec les Native Americans, comme ils les appellent – les Indiens. Certains jeux, inconnus en Europe et pratiqués par les enfants, sont réputés être issus d'eux – tel le jeu de la crosse, qui a un nom canadien évident. Les tours modernes manifestent les esprits de la terre américaine - les rendent visibles.

C'est ce qui m'est apparu durant ce match. Leur visage luisait, dans l'air, au-dessus des tours leurs corps! Leur ombre dépassait les limites physiques des immeubles.

Il n'y a pas que les montagnes qui soient, comme au Tibet, le corps de divinités; les tours sont celui des gardiens occultes des cités. C'est le sens profond des clochers des églises, des minarets - et des gratte-ciel américains. Ils constituent une forme de conjuration. D'où l'importance qu'ils soient beaux: de cela dépend leur qualité morale, la part de lumière qui est en eux!

07:15 Publié dans Voyages en Amérique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.