24/06/2017

Degolio CVI: la mémoire retrouvée du Génie d'or

tve16401-19681116-213.jpgDans le dernier épisode de ce feuilleton-mystère, nous avons laissé Jean Levau, alter ego du Génie d'or, alors que, écoutant les récits de visions de Michel Ritrard, il s'était soudain souvenu que pendant son dîner de Noël avec Anne Tavagny, il était devenu le Génie d'or, s'était dédoublé, laissant son corps derrière lui immobile, comme pétrifié!

Elle tenta de lui parler, mais il ne bougea pas davantage. Elle insista. Il tourna lentement la tête, regarda vers la droite, et sembla contempler quelque chose, qui était au-delà des murs. Il ouvrit la bouche, comme s'il allait parler, mais ne dit rien.

Anne regarda vers l'endroit qu'il fixait, et ne vit, là, qu'une toile sotte, représentant le mont-Blanc surplombant un pré vert où broutaient quelques moutons, accompagnés d'un berger et d'un chien.

Elle insista, lui rappelant qu'elle lui parlait, et le sommant de répondre, et il tourna la tête vers elle, la bouche toujours ouverte - mais ne parla pas davantage.

Vexée, elle se leva, se dirigea vers les toilettes, où elle donna libre cours à son dépit. Elle couvrit, entre ses dents, son collègue d'injures, et se demanda, en murmurant, ce qu'elle faisait avec un con pareil.

Lorsqu'elle revint, il était une heure moins vingt. Or, Jean, quand elle s'assit, regarda sa montre, et lui sourit, et de nouveau fut tout à fait normal. Il évoqua la qualité du dessert comme si rien ne s'était passé d'étrange auparavant.

Pour elle, ce fut le bouquet. Elle ne chercha pas à comprendre. Poliment, elle énonça son désir de rentrer chez elle.

L'attitude ultérieure de la jeune femme s'expliquait désormais parfaitement.

Jean écouta Michel Ritrard poursuivre son histoire. Cette fois, sa vision fut plus nette. Il vit distinctement l'être entouré d'une flamme d'or lutter contre un monstre noir, cornu, ressemblant à une gargouille de Dark_Fire_Lord_by_wolfberserker.pngNotre-Dame, et entouré d'une flamme bleue. La flamme rouge ceignait un homme noble, à la robe ample et digne, blanche comme la neige mais traversée de fils jaunes, et portant un bâton plus long que celui du guerrier à la flamme d'or.

Car il en portait un, et il en donnait des coups terribles à la gargouille, qui répliquait comme elle pouvait, et qui, moins rapide, ne semblait pour autant pas dénuée de force. La tour Eiffel alors trembla, et Michel Ritrard crut qu'elle allait s'effondrer!

Des éclairs jaillissaient de l'émeraude du bâton, verts comme elle, et des doigts noirs du monstre, violets et fins. Les rayons se croisaient, se mêlaient, faisaient comme un halo dans lequel les formes combattantes disparaissaient. Seul le vieillard au nimbe vermeil demeurait à l'écart, et Michel Ritrard se demanda pourquoi il n'intervenait pas. En regardant mieux, il lui vit des liens épais et noirs, qui le maintenaient contre un pilier de la tour. Il était empêché d'agir - lié par le démon bleu, sans doute.

Finalement, celui que Jean savait être le Génie d'or terrassa son adversaire, en déchaînant un feu inattendu de ses yeux bleus. Il mit la gargouille à genoux, sous le choc, et obtint d'elle la libération du noble vieillard, avec lequel il s'en fut. L'obscurité revint, autour de la tour, et Michel Ritrard n'y distingua plus rien d'extraordinaire.

Jean se souvenait désormais de tout cela. Il y avait assisté, comme dans un rêve, aussitôt oublié après le réveil, mais dont les détails à présent lui revenaient comme s'il les avait vécus dans sa vie consciente, aussi étrange que cela paraisse.

Le clochard eut alors un sourire gêné, et avoua trouver que le vieillard enchaîné ressemblait au Père Noël. À ces mots, Jean se leva brusquement. L'autre crut l'avoir offensé, ou s'être ridiculisé à ses yeux, et voulut s'excuser.

Jean l'en empêcha. Il dit: Ne vous inquiétez pas. Vous n'y êtes pour rien. Je vous remercie. Vous ne pouvez savoir à quel point je vous suis redevable.

Il lui donna cinquante francs, paya la consommation, et s'en fut.

Mais il est temps, ô lecteur, de laisser là ce déjà trop long épisode. La prochaine fois, nous surprendrons une éclairante conversation entre Jean Levau et le Génie d'or!

08:17 Publié dans Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.