10/07/2017

H.P. Lovecraft à Brooklyn (19)

Durant mon séjour à New York, j'étais obsédé par Brooklyn, où avait vécu Howard P. Lovecraft. Isaac Asimov aussi y avait été élevé et, allant au bout debb3.jpg l'île de Manhattan, tout en bas, au bord de la mer, voyant au loin la statue de la Liberté, à gauche le pont de Brooklyn, je fus pris d'une irrésistible envie de m'y rendre. Mais ce ne fut pas possible; je n'en eus pas le temps. Je me contentai d'admirer le pont de loin, me remémorant tous les films où on roulait dessus, comme The Godfather.

On sait que Lovecraft a d'abord aimé les tours de New York, les comparant à celles d'une cité des Mille et une Nuits, et qu'il a fini par détester la ville, notamment parce qu'elle entretenait une fâcheuse promiscuité avec les ethnies non aryennes. On ne peut pas cacher ce fait: sa femme l'a raconté. Comme elle était juive, il lui avait demandé d'arrêter de fréquenter des Juifs.

Dans sa correspondance, même, il a peint les gens s'entassant dans des tours insalubres comme une masse informe, débordant de ses membres immondes de ces bâtiments infâmes, et on ne peut pas douter que cela a nourri son inspiration. Cela renvoyait à ses monstres, ainsi dévoilés comme entités collectives d'ethnies minoritaires. Il donnait une conscience à ces monstres parce qu'au fond il attribuait une âme collective aux groupes. h-p-lovecraft.jpgC'est minimisé, parce qu'on fait croire qu'il était matérialiste en tout. En réalité, il était ambigu.

Il admettait l'hypothèse d'entités cachées, faites d'énergie consciente, agissant sur l'inconscient humain, et se révélant dans les rêves. Or, l'inconscient humain contient bien aussi l'esprit de groupe, selon les psychanalystes mêmes. Et le fait est que Lovecraft était très individualiste, qu'il croyait aux forces de la raison, telles que les avaient développées, pensait-il, les Occidentaux, les Européens - notamment les Romains, mais aussi les Anglais, les Français, les Allemands. Donc les instincts collectifs étaient méprisables, et renvoyaient à des entités antipathiques.

Lovecraft généralisait stupidement, et conservait d'inanes préjugés, nourris de ses peurs. C'est sans doute parce qu'il avait peur du mal qui était en lui, de ses propres pulsions, qu'il haïssait les autres. L'esprit communautaire des Puritains, dont il était issu, peut lui aussi être contraignant. Mais il se reflétait dans un mode de vie que Lovecraft approuvait, et qui n'était pas celui des grandes cités.

Dans la ville de notre temps, les vies privées, à travers les cloisons des appartements, se dévoilent; on entend les choses, elles tendent à se manifester sur la place publique. Le mal, jadis caché dans les châteaux, se fait plus sensible. C'est bien cela dont Dashiell Hammett fit le tableau.

Au fond des meurtres, des viols, des souffrances infligées à autrui, il y a une force qui envahit, assombrit, noie la raison, et elle est parfois évoquée comme ayant dirigé les criminels malgré eux. Elle apparaît comme supérieure, impossible à repousser, comme si le monde lumineux, normal, légal, moral, de l'être humain, n'était qu'une bulle de lumière perdue entre l'infini hideux d'en bas et l'infini effrayant d'en haut – et toute prête, dans sa fragilité, à éclater!

Les forces de l'Entropie sont implacables, celles de la Complexification sont éphémères: tel est le dogme du matérialisme que Lovecraft partageait, indépendamment de ses visions du monde de dessous - posées, dans ses lettres, comme hypothèses plus ou moins plausibles.

Or il y a une forme de dérision à confronter le monde imité des Romains, tel qu'il a été bâti à Washington, et l'immensité sauvage de l'Amérique, la trépidation du commerce new-yorkais, l'affranchissement des instincts alien-wallpaper-15.jpgque permet la technique moderne, l'embrasement des passions que provoque la profusion! L'appétit obscur de l'homme se libère et son insatiable estomac dévore le monde, comme si un être vivait dans son ventre qui allait en sortir par révélation - pareil à l'ignoble monstre du film Alien!

Il ne faut pas se focaliser sur le racisme de Lovecraft, car son sentiment allait au-delà. Gérard Klein, dans un bel article, a un jour montré que ses Grands Anciens avaient un rapport avec le capitalisme, triomphant en Amérique. C'est une profonde vérité.

09:05 Publié dans Littérature, Société, Voyages en Amérique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

L univers demesure de NYC a certainement inspire HPL qui dans de nombreuses histoires (l affaire CDW .. Innsmouth... etc) fait reference aux grandes cites europeennes et a Boston ... Je pense qu il detestait les villes (excepte Providence) mais appreciait le gigantisme en le transposant dans ses nouvelles pour en faire le theatre d horreurs et le lit de toutes les depravations de la race humaine qui la conduit a sa perte inneluctable ... les cites avec ou sans nom, sont les symboles de la decadence de l Homme

Écrit par : bergen lionel | 10/07/2017

L univers demesure de NYC a certainement inspire HPL qui dans de nombreuses histoires (l affaire CDW .. Innsmouth... etc) fait reference aux grandes cites europeennes et a Boston ... Je pense qu il detestait les villes (excepte Providence) mais appreciait le gigantisme en le transposant dans ses nouvelles pour en faire le theatre d horreurs et le lit de toutes les depravations de la race humaine qui la conduit a sa perte inneluctable ... les cites avec ou sans nom, sont les symboles de la decadence de l Homme

Écrit par : bergen lionel | 10/07/2017

Oui, ce gigantisme nourrissait son imagination, et il aimait l'imagination, mais son paradoxe est qu'il assimilait cette imagination à une déviance, il la cultivait d'une façon perverse de son propre point de vue. D'un autre côté tout peut se retourner, car il pouvait aussi faire de cette imagination un don exceptionnel, un privilège, une grâce réservée à une élite. Il était contradictoire. Il l'admettait presque. Il avait des lectures perverses, il l'avouait, il aimait lire des récits de crimes, d'horreurs, le mal le fascinait, et dès qu'il s'agissait de sa vie intellectuelle, il s'affranchissait volontiers des bienséances sociales.

Écrit par : Rémi Mogenet | 10/07/2017

Les commentaires sont fermés.