04/09/2017

Degolio CX: les secrets de la nymphe du fleuve

genevieve_2bby_2bhuge_2bvan_2bder_2bgoes-14BB966A1D227A53AB9.pngDans le dernier épisode de cette geste cosmique, ô lecteurs, nous avons laissé le Génie d'or alors qu'il éclairait son alter ego Jean Levau sur les secrets des légendes parisiennes, et qu'il expliquait qui était réellement la patronne de la cité – nulle autre, en vérité, que sa digne épouse la belle Ithälun! Et il continua à parler d'elle en ces termes:

À la demande des bons mortels qui s'étaient installés dans les parages et l'avaient distinguée dans les reflets de la Seine lorsque le soleil y brille, elle intervint pour sauver la ville d'un envahisseur qui n'était que la coque vide d'un démon, d'un ange déchu, tu peux me croire. Car aux yeux de ceux de ma lignée, les mortels apparaissent comme des ombres, et ceux qui les habitent, les esprits d'en haut, d'en bas ou de l'horizon, seuls apparaissent clairement, dans leur véritable nature. C'est peut-être pour cela que tu seras surpris que je n'évoque pas la femme mortelle qui est supposée avoir vécu dans le monde et que les Parisiens ont longtemps regardée comme leur patronne; pour moi elle fut surtout une vapeur, car je ne voyais que celle qui l'habitait, et dont sa vapeur se cristallisait. Pour toi, si tu avais été présent, elle aurait été l'unique réalité sensible; pour moi, elle était une fumée transparente, derrière laquelle je voyais la déesse.

Mais il faut que tu le saches: le temps est plus récent qu'on ne le croit, à partir duquel les mortels ont eu une personnalité distincte des esprits qui les habitaient. Certes, c'est un fait avéré: tu n'es pas moi, et je ne suis pas toi, et la mortelle que les chroniques des mortels ont gardée en mémoire n'est pas un complet leurre, je veux bien te l'accorder. Mais ici je te raconterai ce qui s'est passé de mon point de vue, et qui est vrai.

Donc, comme je l'ai dit, le soleil, en se couchant, a éclairé la Seine à Nanterre, et a fait jaillir des couleurs, de la lumière sur l'ondoiement du fleuve. Et dans cette clarté, des gens placés sur le rivage ont vu une femme, et elle était la nymphe de la Seine et la fée de Paris, le génie secret du peuple qui s'était installé sur ses rives dans les époques antérieures, parce qu'ils étaient soumis à l'esprit du lieu depuis qu'ils y avaient béni leurs foyers. Il en est toujours ainsi: chaque esprit d'un foyer est ou devient le vassal de l'esprit du pays.

Un monstre accourait vers Paris, ayant forme humaine: il avait pris la place, pour ainsi dire, d'un roi, adopté son visage, et il agissait en son nom. Les gens qui avaient vu la déesse la prièrent, l'ayant reconnue pour ce qu'elle était, et elle accéda à leurs désirs, en armant ses gens, les chevaliers de la Seine, des sortes d'immortels qui pouvaient prendre la forme de faunes l'accompagnant en chantant, en jouant, voire de chiens élégants, notamment des lévriers, mais doués de pensée, et de volonté propre. Tel est leur mystère, que je ne puis t'expliquer pour l'heure.

Ils partirent, luttèrent contre le démon qui avait pris la place du roi méchant, et qui dans l'air avait la forme d'un dragon, et son armée se détourna de Paris, la voyant resplendissante et nimbée d'un grand éclat: dans cette clarté, ils virent des milliers d'hommes armés, qui étaient ceux d'Ithälun accrus de secours célestes, et leurs lances étincelaient, à leurs yeux! Ils furent effrayés, et le roi, soudain vidé de l'esprit qui l'avait habité et qu'avaient genevieve.jpgchassé les hommes d'Ithälun (dont il faut te dire que j'étais), fut saisi d'une terreur inexplicable, qu'il eut le plus grand mal à dissimuler à ses hommes.

Il leur ordonna, sous prétexte de prudence et de priorité, de contourner Paris et d'accourir vers l'Aquitaine. Mais tout au long du chemin, sous les murs blancs de la ville, mille visions l'assaillaient, et il se croyait entouré de monstres ignobles, il pensait voir des morts jaillir de leurs tombes et s'avancer vers lui. Peut-être voyait-il plus la vérité qu'il ne voulait bien l'admettre, ou qu'il ne l'admit plus tard. Mais Paris fut sauvée, et Ithälun vénérée désormais comme une sainte de Jésus-Christ!

Pareille au génie de Rome depuis la conversion de l'empereur, on pensait convertie la déesse de la Seine, et la fée de la ville. On croyait que les immortels pouvaient aussi se tourner vers le vrai dieu, même quand ils s'étaient exilés sur terre par défi des puissances d'en haut.

Et on avait raison, en somme.

C'est sur ces mots étranges que nous laisserons cet épisode, chers lecteurs. La prochaine fois, nous verrons continuées les aventures renouvelées de la patronne de Paris!

09:34 Publié dans Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.