22/10/2017

Degolio CXII: l'enchaînement des Gargouilles

satan-bound.jpgDans le dernier épisode de cette étrange série, nous avons laissé le Génie d'or alors qu'il racontait à son alter ego Jean Levau l'histoire secrète de Paris, perçue depuis son étonnant point de vue. Il en était au moment où, à la prière de plusieurs mortels, les bons génies de la Seine décidèrent de mener une guerre contre les gargouilles. Il continua en ces termes:

Elle ne dura pas longtemps. Ithälun avait reçu d'en haut le pouvoir de mettre hors d'état de nuire ces êtres immondes, et de les enchaîner dans un puissant sortilège. Ils ne purent résister à notre assaut, et ce fut leur grande surprise. Malgré leurs coups de bec, leurs tentacules puissants, leurs ailes, nos armes bénies par les anges rapidement les circonscrivirent. Même leurs gemmes, dont par leur art maudit ils avaient réussi à faire des sources de puissance s'exprimant par des rayons de feu, ne leur furent pas d'un grand secours: nos boucliers enchantés renvoyaient la plupart de leurs attaques.

Nous les vainquîmes facilement, et ils en rugirent de honte et de dépit. Une vague puissante en fut l'effet, et plusieurs quartiers de Paris furent inondés, un certain nombre d'êtres humains moururent; mais les démons n'en furent pas moins chargés par nous de chaînes de diamant que jamais ils ne pourraient rompre, et confinés en leurs grottes glauques, au fond de la rivière.

Trois mortels éclairés, initiés aux mystères des génies, nous virent accomplir cette tâche. Ils en racontèrent le miracle, souvent en le simplifiant. L'image leur était venue pendant leur sommeil, dirent-ils; mais nous les avions vus, à la rive, nous regardant, pareils à des hommes en transe. Leurs yeux étaient blancs, et pourtant ils voyaient.

Bien des armes utilisées durant ce combat, tu dois le savoir, ont été ensuite imitées par les forgerons de Paris sur le conseil de ces trois, qui nous prirent pour des anges; mais ce n'est pas ce qui compte le plus dans le récit que j'ai la hardiesse de te faire. Ce qui compte vraiment est ceci: malgré la solidité des chaînes dont nous avions couvert les gargouilles, il y restait du jeu. Cela n'est pas possible autrement. Nous eûmes beau placer, à l'entrée de leurs geôles, des gardiens fiables, nous savions que, à terme, nous ne pourrions assurer complètement leur maintien dans leurs gouffres. Nous étions en effet appelés à quitter ces lieux, et il fallait que des hommes assurassent notre mission à notre place.

Nous prîmes alors une décision d'une importance considérable, qui devait orienter toute l'évolution ultérieure du peuple parisien. Nous nous employâmes à initier de simples mortels à nos mystères, pour leur permettre de surveiller eux-mêmes les liens de ces monstres, voire d'en créer de nouveaux, si le besoin s'en faisait sentir. Nous www.pinterest.fr.jpgchoisîmes ceux qui en auraient le secret, et c'est ainsi que la tradition humaine parle d'Ithälun comme ayant favorisé un seigneur parmi les Francs, dont je ne te redirai pas le nom. Celui par lequel il est connu des tiens est risible par ses sonorités incongrues, ne correspondant en rien à la personne qu'il nomme, ni même à celui que lui avaient donné à sa naissance à ses parents! Nous le connaissons par un autre nom, qui est Alaturn. Il fut baptisé ainsi, quand nous l'accueillîmes parmi nous pour l'initier à quelques-uns de nos mystères. D'autres vinrent alors, et le secret de l'enchaînement des gargouilles leur fut connu.

Ils les conjurèrent à leur tour, usant de notre art occulte, les contraignant à servir de socle à leurs temples, de ciment à leurs murs. L'art en fut maîtrisé par eux, que nous appelâmes nos amis, et dont nous fûmes à la vérité fiers, à l'époque où ce que tu appelles la France prenait aussi naissance. La ville même de Paris connaissait une refondation, et d'ailleurs elle changea de nom.

Mais il est temps, ô digne lecteur, de laisser pour cette fois cette geste sur blog. La prochaine fois, des doutes de Jean Levau seront exprimés: ce qu'il entendit était par trop bizarre.

10:13 Publié dans Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.