06/02/2018

David Lynch et le Super-Héros

Bob Goo.pngIl y a, dans Twin Peaks: The Return, un super-héros extrêmement plaisant, qui est à la fois une parodie et une transfiguration. Un Anglais de Londres au fort accent populaire reçoit une mission céleste du Fireman, le géant chauve qui sert de bon ange, d'intermédiaire de la divinité dans la série: en rêve, il lui ordonne d'acheter un gant de jardinage en caoutchouc, se trouvant dans une boîte dont l'autre a été volé. Lorsqu'il s'exécute, le vendeur refuse de le lui vendre, et il doit insister. Puis il reçoit le message, donné comme à travers un vortex, de se rendre à Twin Peaks dans l'État de Washington, en Amérique.

Il s'avère que, une fois qu'il a glissé le gant à sa main, il ne peut plus le retirer sans s'arracher la peau: il fait désormais partie de lui. Mais il lui donne, aussi, une force herculéenne. Finalement, c'est avec ce don cosmique qu'il abattra le démon BOB, placé dans une boule volante.

Il n'a pas de costume, encore moins de technologie, et c'est là le beau de l'affaire: il est pareil aux vieux héros recevant des épées des dieux, mais s'insère complètement dans la vie ordinaire, qui n'a pas en réalité de machines futuristes et merveilleuses, mais seulement banales et prosaïques. David Lynch retrouve là l'essence éternelle du vrai héros, investi par des puissances supérieures d'un pouvoir qui n'a nul besoin d'être spectaculaire, sinon quand il est exercé.

Somme toute, la technologie n'est qu'ornementale. En science-fiction, les machines sont elles aussi des symboles: elles servent à faire joli, et, en même temps, expriment visuellement la beauté de tout don divin.

À vrai dire, le futurisme n'est pas indispensable. L'épée Excalibur, dans le film mythique de John Boorman, n'était pas technologiquement supérieure à n'importe quelle épée; mais elle était jolie aussi, brillante et Excalibur-03.pngdorée, et le réalisateur parvenait à montrer sa divinité en la baignant d'une étrange lumière verte: trait magnifique. Même si le paysage, le film ayant été tourné en Irlande, était beau, on n'était pas dans un monde de machines idéales.

David Lynch, avec sans doute beaucoup d'ironie, choisit, lui, de ne créer aucun effet lumineux, et de donner à un gant en caoutchouc plutôt laid, le pouvoir offert par les dieux. Il se dresse en quelque sorte contre les super-héros tels qu'ils sont montrés, alourdis de technologie. Il prend le parti du kitsch. En un sens c'est sublime. Cela prouve que quand les cinéastes européens, et en particulier français, disent qu'ils ne peuvent pas créer de films de super-héros faute de moyens, cela n'a aucun sens: cela trahit en réalité leur manque de foi. Ne croyant qu'en les forces mécaniques collectives, ils haïssent les héros, et leur matérialisme les empêche de voir, même, le lien du super-héros avec la divinité. On peut créer des super-héros sans effets spéciaux spectaculaires.

Cependant, David Lynch a fait des films à effets spéciaux, en particulier Dune, qui avait aussi des super-héros, ou tout comme, mais soutenus par une technologie futuriste - qu'il s'efforçait de rendre belle. Pour lui, un mauvais souvenir: la réalisation de ce film a été, selon ses propres dires, un cauchemar.

Toutefois, la femme céleste de Wild at Heart, imitée de la Good Witch du Magicien d'Oz, avait encore, au-delà de son kitsch, sa pure beauté, le globe violet et transparent qui l'entourait. Cette fois, il a été extrême. Peut-être trop, on ne sait pas. Mais son idée est si grandiose qu'on ne peut pas le lui reprocher. Cela contient aussi son burlesque immense, et en même temps n'esquive pas l'épique. C'est donc parfait.

08:37 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.