02/03/2018

Degolio CXVII: la bataille des gargouilles

2360824-tumblr_m4fw62wp3h1rtl0c4o1_1280.jpgDans le dernier épisode de cette geste incroyable, nous avons laissé le Génie d'or alors qu'il s'était jeté sur des gangsters tirant des balles de fusil dans Paris tout en circulant en voiture; il venait d'éviter et, grâce à son bâton vif comme l'éclair, de parer des tirs dirigés contre lui.

Puis le démon lunaire brandit ce même sceptre cosmique, et l'abattit brutalement sur le toit de la voiture; il le transperça, il y eut un éclair, et il arracha le toit en donnant un coup du bras droit. Les brigands étaient terrifiés. Ils le regardaient pétrifiés, incapables de réagir. Le Génie d'or en saisit un de la main gauche et l'envoya dehors, le projetant sur le trottoir; il fit de même avec un autre, et voici! il n'en restait plus que deux - le conducteur et le passager. Le second eut la présence d'esprit de pointer sur lui son pistolet et de tirer trois coups; l'un siffla à l'oreille du Génie d'or, le manquant de peu; le second rebondit sur son bâton, qu'il avait mis devant lui à cet effet; le troisième passa à travers sa jambe sans apparemment le blesser, comme si, ainsi que je l'ai dit, elle n'était pas encore totalement solidifiée. Puis l'être céleste abattit son bâton sur la tête du malandrin, qui en eut un œil arraché, et le sang jaillit. Il se tassa sur son siège, sans connaissance, quoique toujours vivant.

C'est alors qu'il se produisit quelque chose d'extraordinaire. Le conducteur de la voiture se dressa sur son siège, mettant un pied sur le dossier, et changea de forme: sous les yeux du Génie d'or, il se métamorphosa. Au lieu du brigand humain qui avait jusque-là tenu le volant, il y avait une gargouille énorme, curieusement plus grosse que le corps dont elle avait pris l'apparence, et elle se jeta sur le Génie d'or tandis que la voiture, lancée, en percutait une autre, garée le long du trottoir. Mais déjà les deux êtres étaient au-dessus, s'agrippant dans les airs. Car la gargouille avait des ailes, et, telle une flamme noire, montait vers les nuages airs pour avoir le dessus sur le Génie d'or, qui n'eut pas de peine à comprendre que, sans doute sur l'ordre de Fantômas, le monstre avait pris la place d'un simple mortel - le dénommé Thomas Toccata -, et animé ses troupes sous l'influence satanique de son maître. Les envoûtant du pouvoir magique appris des anges déchus et transmis à lui par Fantômas, il avait jeté de simples mortels à l'esprit faible contre une banque pour la dévaliser, puis les avait poussés à tirer contre les policiers comme des déments, ivres de puissance et de sang. Car une guerre se préparait, qui utilisait le crime, mais avait des dessous cachés.

Sous les nuages rougis par le soleil du soir, les deux êtres volaient et se donnaient des coups, le Génie d'or empêchant l'autre de se placer en amont; et, dans l'obscurité vespérale, on ne voyait que son bâton luisant, Tfhllad (2).jpgpareil à une comète qui eût eu des mouvements erratiques, ainsi que les yeux rouges de la gargouille.

À vrai dire, le Génie d'or fût venu à bout rapidement de son ennemi, car il parait aisément, de son sceptre astral, les feux qu'il jetait de ses yeux, et lui-même faisait partir, de sa gemme verte, des rayons qui blessaient mortellement le monstre - sans doute encore faible, depuis sa défaite d'il y a quinze siècles, et peu renforcé par son trop bref séjour parmi les hommes. Les sacrifices que, dans sa folie, et sur la suggestion de Fantômas, Thomas Toccata avait effectués pour donner vie, en lui, à cette force ancienne et douée de pensée qu'était l'ignoble gargouille, n'avaient point été suffisants pour lui rendre sa pleine puissance, celle que ce monstre possédait du temps de Tramelcän et de la guerre menée contre Ithälun.

Car Solcum le reconnaissait, à ses yeux hideux, furieux et flamboyants: il s'agissait d'un des hommes de ce seigneur maudit, le terrible Ocralis. Il l'avait combattu, déjà, et mis en fuite, et la gargouille riait de le reconnaître, mais elle eut tôt fait de cesser de rire, quand elle se vit avoir encore plus aisément le dessous qu'autrefois.

Mais cet épisode est très long, et il est temps, ô digne lecteur, de laisser la suite de ce combat pour la fois prochaine.

08:30 Publié dans Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.