28/03/2018

Degolio CXVIII: la blessure du Génie d'or

alien.jpgDans le dernier épisode de cette geste inédite, nous avons laissé le Génie d'or alors qu'il avait le dessus sur une vieille gargouille qui s'était jetée sur lui en surgissant de la forme d'un homme, dont elle s'était revêtue.

Hélas, une autre gargouille s'élançait depuis la terre, jaillissant de l'autre voiture. Elles étaient au moins deux, à s'être revêtues de la forme d'un homme. Les autres brigands s'étaient enfuis, et la police, qui les attendait, les avait cueillis, leur sommant de se coucher à terre en pointant des pistolets sur eux, ce qu'ils avaient exécuté, surpris de l'attaque du Génie d'or et de la transformation de leurs deux camarades, en qui ils avaient pourtant eu toute confiance et avaient appris à regarder comme leurs chefs, leurs guides: on le devine. Si grande était la science des âmes que possédaient les gargouilles, à comparer des humains!

Par derrière, le Génie d'or reçut un coup de lance qui lui transperça le flanc. Il eut à peine le temps d'empêcher qu'elle ne lui transperçât le cœur, en se jetant de côté quand, pour ainsi dire du coin de l'œil, il distingua la lance rougeoyante du monstre, arrachée à sa propre gueule comme une langue détachable pouvant se solidifier à volonté: ainsi s'expliquait que, sous sa forme d'homme, cette arme ne fût jamais vue. light.jpgMais le monstre méprisait les pistolets: seule sa lance, sa langue durcie et effilée comme du métal, il le savait, pouvait entamer l'armure du Génie d'or. Lorsqu'il eut asséné son coup, il poussa un cri de triomphe.

De la plaie une fumée bleue sortit, puis une lumière d'or. La gargouille même en fut surprise. Le génie de Paris se retourna, et lui asséna un coup terrible sur la tête, qui en fut écrasée dans un jaillissement de sang noir et de fumée âcre. Le corps tomba et se perdit dans la nuit, comme dissous par les ténèbres. L'autre gargouille en profita pour fuir. Le Génie d'or, blessé, souffrait, et dut renoncer à la poursuivre. Il se contenta de jeter, à l'insu du monstre, sur son aile un éclat cristallisé de sa gemme verte, comme une petite émeraude fille de la grande. Ayant d'abord été un simple rayon, il s'était enroulé, puis était devenu un tout petit cristal, qui, invisible à tout autre œil qu'à celui du Génie d'or, s'était accroché à l'aile de peau du monstre, et le suivait dans tous ses vols. Or, le génie de Paris le voyait luire non seulement de loin, mais même à travers les murs et autres obstacles matériels, qui pour lui n'en étaient guère, ne paraissant à ses yeux que comme des ombres. De loin, et à travers le monde, le petit cristal vert clignotait, tremblait, palpitait à ses yeux de génie, et il savait toujours où la gargouille qui l'avait emporté se trouvait. C'était comme une partie de lui-même, et, de même que l'abeille qu'on a transportée et désorientée loin de son nid, le retrouve crystal.jpgtoujours comme si elle l'assimilait à soi, quelle que soit la distance, de même, le Génie d'or était comme attiré spontanément par cet éclat vert qui était sorti de sa gemme qui lui était comme un second cœur. C'était son sang, qui vibrait au loin sur l'aile de la gargouille, et il était vivant, fluide et répondait à son appel même séparé de lui.

Pour l'heure, le flanc percé, le Génie d'or redescendit vers le corps de Jean Levau, pour le réintégrer. Or, celui-ci ressentit aussitôt une violente douleur au flanc, et perdit connaissance. Le sang coula de sa plaie, et comme les ambulances arrivaient pour chercher des blessés, on le trouva, et l'emmena à l'hôpital. Officiellement, il avait été blessé par balle, mais la balle avait traversé son côté, et, par chance, aucun organe vital n'avait été touché. On ne retrouva pas, évidemment, le projectile, même au sol, ce que les enquêteurs trouvèrent étrange; on ne put donc pas établir s'il était venu de l'arme d'un bandit, ou d'un policier imprudent. Mais on ne s'en soucia pas davantage: l'important était surtout d'interroger les malfrats et les témoins, et de démêler l'écheveau des responsabilités. On ne le fit qu'à grand-peine, mais naturellement, les voyous survivants furent tous écroués. Les deux qui avaient disparu furent recherchés, mais on ne les retrouva pas.

Au bout d'un mois, après deux opérations, Jean Levau put sortir de l'hôpital. Il était guéri. Mais cette histoire lui avait appris que le lien entre le Génie d'or et lui-même était plus profond qu'il ne le pensait, et que c'était bien de son corps que l'être lunaire s'en faisait un - qu'il était bien le pourvoyeur d'une copie sublimée, dreamcatcher_by_love1008.jpgrenforcée par la présence en son sein de cet être spirituel - de cet homme fait d'un souffle lumineux, où flottaient les étoiles.

Il commença à en craindre les conséquences, mais se raisonna et se dit que le Génie d'or ne faisait qu'accomplir une mission sainte, que tout homme de bien effectuerait à sa place, s'il en avait le pouvoir. Il devint fier, au contraire, de lui servir de réceptacle, de lui prêter ses membres - et il regarda sa cicatrice comme un ornement des plus glorieux, comme s'il l'avait reçue de son chef propre!

Mais il est temps, dignes lecteurs, de laisser là cet épisode déjà long. La prochaine fois, nous verrons préparer l'attaque de la grotte de Fantômas.

07:44 Publié dans Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.