Homéopathie et démocratie

weledahippo editorialmedium.jpgL’homéopathie n’est pas utilisée seulement pour les êtres humains mais aussi pour les animaux et les plantes et parler d’effet placebo est ridicule. Qu’il existe souvent n’est pas à mettre en doute, mais en réalité il existe aussi pour les médicaments chimiques à l’effet prétendument avéré, la crédulité des gens à l’égard des machines et des méthodes matérialistes étant patente. Dès qu’un antibiotique ne marche plus parce que son effet placebo est passé, on invente des théories sur des virus mutants, sans saisir que l’organisme aime aussi être pris par surprise, que l’antibiotique a la valeur pour lui d’un coup de fouet, et que les statistiques peuvent le manifester tant qu’il n’est pas utilisé en masse, parce qu’alors, comme les coups de fouet qui se répètent, il perd son efficacité: tel Mithridate invulnérable aux poisons parce qu’il en avait pris à petites doses tout au long de sa vie, l’antibiotique cesse de faire réagir le corps lorsque son ingestion est régulière, et la cause n’en est pas forcément les fantasmes des biologistes.

Les vins biodynamiques remportent des prix connus d’œnologie, et la biodynamie est fondée sur l’homéopathie. Mais déjà Georges Gusdorf avait montré la cécité de l’Académie de Médecine de Paris, qui, comme l’Église catholique (dont au fond toutes les institutions françaises sont spirituellement issues), tient superstitieusement à ses dogmes. L’homéopathie est d’origine allemande, et prend sa source dans la Philosophie biodynamie-12-624x413.jpgde la Nature qui voulait regarder les forces que portent les éléments, au-delà de leur enveloppe physique. C’est une démarche complètement juste et sensée, car ce qui compte dans l’action d’un homme, c’est l’âme qui utilise le corps, et il en va de même du reste de l’univers, dont l’homme est un rejeton.

Rudolf Steiner, sans doute, a indiqué des limites à l’homéopathie: les dilutions excessives ne portent plus la force en question; l’excès de spiritualisme nuit à la médecine, c’est entendu. Mais l’excès de matérialisme aussi.

Ce qui est néanmoins consternant, c’est la conception dogmatique et élitiste de la médecine officielle, de la médecine d’État, qui se comporte, à nouveau, comme les évêques catholiques médiévaux, en imposant au peuple des vérités prétendument prouvées par des institutions subventionnées. Où est la démocratie? On sait bien qu’en Suisse, le remboursement des médecines alternatives a été soumis à un vote populaire, qui a marqué le souhait qu’il soit effectif. En France, les divins prophètes de la sainte République règlent le problème à la place des gens, comme le roi autrefois guérissait des écrouelles. Peu importent leurs choix: le Ministre décide de tout. L’Académie de Médecine est réputée infaillible, comme pape.jpgle Pape. Y a-t-il quelque chose qu’on appelle la liberté, au pays des Droits de l’Homme? On peut en douter.

Les choix médicaux ont un fondement culturel, et dépendent de la liberté de conscience. Les gens sont quand même aptes à juger: ils n’ont pas à subir des diktats inspirés par une Science sacralisée. Que veut dire la laïcité si les institutions d'État sont regardées comme la bouche de la vérité ultime, on ne sait pas.

Commentaires

  • Excellente présentation du passage de la science observationnelle et expérimentale à une science dogmatique récupérée par la politique!

  • Merci!

  • C'est l'homéopathie qui est dogmatique. Elle se base sur l'observation et expériences. Mais elle est incapables d'expliquer scientifiquement, "mécaniquement" le résultat. C'est une croyance, puisque non prouvée.

    Pour l'homéopathe, il observe que le soleil tourne autour de la Terre. Le scientifique, dans sa démarche, sa connaissance, prouve que la Terre tourne autour du soleil.
    Dans le même genre que l'homéopathie, certaines personnes vont nous dire que prier à l'église guérit, on est aussi dans la croyance.

    Ce qui est dogmatique, c'est d'affirmer que seule la médecine moderne guérit. La science fonctionne par une explication rationnelle, le contraire du dogmatisme.

    Jusqu'à preuve du contraire l'homéopathie est une croyance, pour autant je ne me permettrais pas de juger sur son efficacités, mais je doute de sérieusement.
    Bon nombre de personnes guérissent naturellement sans rien prendre, notre corps est une belle mécanique.
    Quand l'homéopathie guérira d'Ébola, je serai convaincu!

    Si on prend l'exemple de la dépression, il est possible de voir son effet sur le cerveau par imagerie. Il a été prouvé par ces imageries que la psychothérapie et médicaments ont provoqué les mêmes effets de guérisons. On est dans le domaine de la science démontrée.

    A l'homéopathie d'avoir une approche scientifique autre que l'observation. On est loin de la médecine par les plantes, parce que certaines plantes ont des principes actifs démontrés.

  • Ce qui est mécanique c'est que la volonté de l'homme bouge son bras, ce n'est pas les molécules de son bras. Une voiture n'avance pas si on ne désire pas appuyer sur la pédale. Or l'homéopathie considère que l'élément n'est que la manifestation d'une force qui n'a pas besoin de lui pour exister. Et les gens qui paient les impôts et donc le remboursement sont bien libres de croire ce qu'ils veulent. Si le système de remboursement est dictatorial dans les croyances ou les conceptions à terme le peuple préférera y renoncer et il deviendra dictatorial de le lui imposer. C'est l'échec du communisme que d'avoir procédé de cette manière fondée sur le matérialisme. Après les gens en ont eu marre, ils ont préféré renoncer au communisme.

  • Motus, A défaut d'être dogmatique, vous me semblez bien affirmatif :
    "C'est l'homéopathie qui est dogmatique."
    "Elle est incapable d'expliquer scientifiquement le résultat"
    "C'est une croyance"
    Evidemment, depuis là où vous vous placez, depuis votre point de vue, c'est ce que vous captez. Alors que le médecin qui constate tous les jours dans son cabinet des résultats de traitements chez des patients qui n'avaient pas obtenu de nets résultats par un traitement conventionnel, ce médecin n'a pas besoin de clamer autour de lui "qu'on me donne des preuves!"

    Vous décrétez : "A l'homéopathie d'avoir une approche scientifique!". Etes-vous un empereur pour déclarer qu'on doit vous apporter des preuves sur un plateau d'or?
    Les malades qui ont expérimenté dans leur corps physique, sensible, affectif et rationnel des effets nets de dynamisations homéopathiques n'ont pas besoin de preuves livresques, dont on constate, de plus qu'elles fluctuent au gré des dernières études effectuées.

    Si vous étiez un scientifique dans l'âme et pas seulement dans la raison, vous iriez explorer toutes les études sérieuses qui existent déjà...

  • Le problème n'est pas de savoir si l'efficacité du traitement peut se justifier d'un point de vue scientifique, mais de savoir si il doit être remboursé par les assurances. Sur ce point il se trouve en concurrence avec toutes les méthodes qui "marchent" ou "font du bien" (d'autres formulations sont possibles). Les autorités en charge de la santé publique estiment que si toutes ces méthodes devaient toutes être remboursées en fonction de cette caractéristique, le système s'effondrerait ou deviendrait ingérable. Ont-elles tort, telle est la question.

  • Ce sont les individus qui paient des impôts; c'est donc à eux de décider. Le système s'effondrera aussi s'il impose des diktats, comme en Union soviétique, les individus ne voudront plus payer d'impôts, ils estimeront que l'argent est mal utilisé, et la propagande d'Etat relayée par l'Académie de Médecine et les institutions subventionnées n'y changera rien, elle ne fait qu'aggraver la situation puisqu'elle aussi coûte, puisqu'elle aussi émane des impôts. Si la propagande d'Etat n'était plus financée, on aurait sans doute de quoi rembourser l'homéopathie.

Les commentaires sont fermés.