CXXXIX: la convalescence du Génie d'or

dwarf.jpgDans le dernier épisode de cette incroyable série, nous avons laissé notre héros, le Génie d'or, gardien secret de Paris, alors qu'il avait vaincu les trois bêtes qui l'avaient attaqué et en le démembrant avaient cru le vaincre; mais, étrangement, sa jambe tranchée avait repoussé, et son bras paralysé avait repris vie.

Il avait montré du courage, de la foi, de la persévérance, et un miracle avait suivi. Les trois monstres sous ses yeux se dissipèrent, se morcelèrent, se réduisirent en poudre, et lui baissa la tête. Ses armes lui furent enlevées, et un brouillard vint devant ses yeux. L'instant d'après, il était sur un lit, entouré des mires des Nains, médecins du peuple d'Alastor. Et Alastor était aussi présent, et ils souriaient, et ils lui annoncèrent qu'il était guéri, et sorti des épreuves qui avaient failli l'emporter. À son tour sourit-il, et tendit la main pour prendre celle d'Alastor, et celui-ci la prit, et tous deux sentirent une douce chaleur pénétrer leurs cœurs. Ainsi devinrent-ils amis pour toujours.

Quelques jours plus tard, le Génie d'or put se lever de sa couche, et voici qu'il revêtit à nouveau son armure, qu'on lui avait conservée sur un siège près de son lit, et qu'il s'en fut voir Alastor dans sa salle royale, dont la direction lui fut indiquée par les gardes et les gens qui circulaient par les voies qu'il empruntait.

Lorsqu'il y parvint, il le salua, et des larmes leur emplirent les yeux à tous deux. Alastor lui proposa, puisqu'il le voyait armé et prêt à repartir au combat, de l'accompagner avec plusieurs guerriers, ou de lui fournir au moins une légère escorte; mais le Génie d'or refusa, car, disait-il, il avait compris, durant ses errances dans le monde des rêves (ou Dévachan), qu'il devait accomplir sa mission seul, qu'en tout cas Alastor n'était pas celui qui devait l'aider: tel fut le message que lui avaient adressé les dames étoilées, lorsqu'elles lui avaient rendu visite après sa guérison; car elles l'avaient fait, une nuit, pendant qu'ailleurs, tous dormaient!

Alastor sourit et dit qu'il comprenait. Dans les bras l'un de l'autre ils se serrèrent, et Solcum repartit, pour repasser la porte par laquelle il s'était, avec les autres, échappé du souterrain de Fantômas le démon. Mais cette fois deux Nains le guidèrent pour raccourcir son chemin et l'avancer sur sa voie, et l'empêcher de revoir le champ de bataille qui avait failli lui être fatal. C'est donc quasiment sous les murs de Fantômas qu'il se retrouva, et qu'il commença à avancer pour sa dernière bataille.

Car les portes de la forteresse noire s'ouvrirent, et des hordes armées en sortirent, pour mettre fin à la menace du Génie d'or. Sa présence luisante, quoique soudainement apparue de la paroi d'une falaise, avait été tôt décelée, et le trouble jeté dans l'âme de Fantômas s'était aussitôt traduit par cette nouvelle attaque.

Or, ces troupes étaient appuyées par des géants de fer auxquels par son art Fantômas avait donné naissance, après avoir enlevé des nymphes de la montagne. Ils étaient à demi vivants seulement, et tels que des robots. Ils giant robots.jpgétaient pareils aux cyborgs que déjà le Génie d'or en Corse avait combattus, mais bien plus grands, ils dépassaient par leur taille les plus hauts sapins dont s'orne la pente des Alpes, et ils n'étaient aucunement d'origine humaine, leur âme était tout entère démoniaque. Tout au plus eût-on pu déceler en eux des éléments d'hommes morts, de spectres qui avaient eu un corps; mais leurs membres étaient de métal et de plastique, et ils n'avaient en eux rien de la chair d'un homme.

Mais il est temps, lecteurs, de laisser là cet épisode, pour renvoyer au prochain, quant à ce que fit alors le Génie d'or pour sauver les Parisiens, malgré qu'il fût bloqué aux pieds de la forteresse de Fantômas, à l'extérieur de la ville.

Les commentaires sont fermés.