CXLI: l'attaque des Gobelins

28066.jpgDans le dernier épisode de cette série indescriptible, nous avons laissé les robots géants de Fantômas alors qu'il s'apprêtait, par eux, à détruire Paris pour y régner sans partage.

Mais le Génie d'or entendait bien, de son côté, l'en empêcher. Et pendant que les Gobelins, armés de leurs fusils de lumière cristallisée, tiraient sur son dos luisant et voyaient leurs traits rebondir sur sa cuirasse ou disparaître dans les plis de sa cape d'ombre, le fils du ciel lunaire s'en allait, insouciant des blessures ainsi infligées à sa chair meurtrie, volant derrière son sceptre que soulevait un feu d'argent.

Car c'est de cette façon, en vérité, qu'il vainquait la pesanteur: le sceptre volait et de sa main puissante il se suspendait à lui.

Puis une traînée d'étincelles flamboyait, que créait ce bâton.

Et le Génie d'or s'élançait, tâchant de rejoindre les géants qui mettaient les immeubles à bas, et tuaient les Parisiens sans vergogne. Et sa mission, à nouveau, semblait désespérée, et on avait peine à croire qu'Alastor l'eût arraché aux ténèbres pour qu'il fût aussitôt replongé dans les affres d'un combat semblant perdu d'avance.

D'ailleurs, des Gobelins à l'affût l'attendaient en avant, prévenus par leurs frères de l'arrière (car ils pouvaient communiquer par la pensée, de loin, à distance). Ils jetèrent sur lui un filet d'acier, pour l'empêcher d'avancer, mettre fin à son vol triomphant. Il fut effectivement arrêté, et cela laissa à ceux qui le poursuivaient le temps de le rejoindre.

Il dut riposter, et son sceptre s'alluma, et d'une lame de feu vert sortant de son pommeau doré, il coupa le filet d'acier. Mais les Gobelins, maintenant tout proches, l'accablaient de leurs traits de feu à eux, brandissant leurs fusils, qui ressemblaient à d'autres bâtons enchantés. Et il tourna sur lui-même, pour faire rebondir 68eb730ffc6792d54a8f11338ec4e0fe.jpgleurs traits sur son armure invincible, et en même temps frapper à vive allure, de son sceptre, de son poing gauche, de son coude, de ses pieds, de ses genoux, les Gobelins qui s'amassaient autour de lui, et tentaient de lui rendre ses coups – mais n'y parvenaient pas, car il était trop rapide, et trop fort.

Il en abattit plusieurs, et finalement les autres s'enfuirent, comprenant qu'ils ne pourraient l'empêcher, malgré leur nombre, d'aller affronter les géants de fer – qu'en leur langue ils nommaient Hostrocón, comme voulant dire Spectres métallisés. Quand en effet ils s'étaient collés à lui, l'entourant de leurs bras, il avait levé son sceptre, qui avait éclaté de lumière, et deux Gobelins, qui se trouvaient proches de ce sceptre, étaient morts, et les autres avaient été entraînés avec lui dans sa course, qu'il avait reprise malgré leur nombre amassé. Les derniers Gobelins, craignant sa fureur, s'étaient détachés de lui, et à présent, le Génie d'or fonçait vers les géants, entrant parmi le bois des immeubles parisiens, et survolant les rues. Et ceux qui le voyaient le prirent pour un missile envoyé par je ne sais quelle machine placée au loin – mais il était un missile vivant, et il n'avait pas été propulsé par une machine, mais par sa propre volonté, et il ne venait pas d'un endroit de la Terre, mais du château de la Lune, et seul l'âme d'un mortel lui avait donné son enveloppe sensible: celui qu'on nommait Jean Levau, journaliste de son état. C'est un profond mystère, que peu de gens comprendront.

Mais il est temps, lecteurs, de laisser là cet épisode, pour renvoyer au prochain, seul à même de narrer la suite du combat du Génie d'or contre les géants de fer.

Les commentaires sont fermés.