CXLIV: les desseins secrets de Fantômas

fantomas 1.jpgDans le dernier épisode de cette série retentissante, nous disions que Fantômas commençait à acquérir de l'autorité parmi le peuple grâce à ses mensonges.

Pourtant il ne comptait pour rien la vie des mortels ordinaires, qu’il méprisait. Et il en haïssait d’autant plus le Génie d’or qui, lui, aimait les mortels, alors même qu'ils lui étaient inférieurs par nature, et de naissance. Il manifestait ainsi la volonté sainte des êtres célestes qui l'avaient envoyé. Fantômas, de son côté, n'exécutait que celle des esprits de l'abime, auxquels il s'était voué.

Or, il ne voulait pas croire qu'il y eût de vraies différences entre les entités grandioses d'en haut et les entités profondes d'en bas; il ne les comprenait pas, les niait! À ses yeux, tous les êtres plus anciens que les hommes étaient semblables, et les plus accessibles étaient simplement les meilleurs, les plus intéressés au progrès de l'humanité. Ceux qui s'étaient mêlés à la Terre l'avaient fait, croyait-il, par pure bonté. Il ne voyait pas leurs vices, et qu'ils s'étaient liés à la Terre faute d'avoir pu gagner le Ciel où vivaient leurs frères – faute de pouvoir vivre ailleurs. Car ils se nourrissaient d'elle comme des vampires – comme des sangsues se nourrissent de leurs proies.

Et s'il frayait avec les démons restés sur Terre, c'est parce qu’ils restaient seuls à sa portée: les autres les avaient laissés en arrière, notamment pour rejoindre l'orbe lunaire – ou bien de Mercure, voire de Vénus!

Souvent les les hommes leur servaient d'esclaves inconscients, ils les habitaient à la façon de pantins, de coques vides, aspirant leur essence vitale, et régnant sur Terre par leur intermédiaire. Car eux étaient trop évanescents fantomas 2.jpgpour avoir prise directement sur la matière; pour cela, ils devaient se servir des corps humains comme de véhicules. Fantômas l'avait remarqué mais, au lieu de s'en plaindre ou de s'en effrayer, il en avait tiré son parti, persuadé qu'il pourrait contrôler ceux qui s'étaient emparés de lui, en négociant: il jouait le rôle du maréchal Pétain face au chancelier Hitler. Dans les faits, lui jadis noble romain, il était l'esclave particulier de ces êtres, quoiqu'il se crût leur ami, et se gonflait d'orgueil à cette pensée. À ses yeux, il s'agissait d'extraterrestres venus d'une autre galaxie qui s'étaient révélés à lui il y avait de cela de nombreux siècles, et qui cherchaient à aider l'humanité malgré leurs congénères des étoiles qui restaient indifférents au sort des hommes; il ne voyait pas, dans ces pensées, la fourberie et le mensonge.

Par leur art, quoi qu'il en soit, il s'était créé un corps de brume épaissie qui avait traversé le temps et l'avait rendu immortel. Parce que cet art avait donné de réels fruits, il faisait confiance à ces êtres. Il agissait en égoïste, aveuglé par de profondes illusions.

Lorsqu'il apparaissait aux autres hommes, ils le haïssaient: il était devenu laid, comme un cadavre animé. La brume dont il était constamment entouré puait affreusement, était grasse et sale. Ses yeux rouges étaient pareils à la braise, et on le disait un démon, quoiqu'il eût encore en lui quelque chose d'humain. Mais c'est par lui, par ce reste de corps vivant que les démons au sens propre s'exprimaient, et agissaient de façon privilégiée. Le trompant, ils lui avaient fait croire que son projet de robots dévastateurs géants était né de lui, mais ils l'avaient instillé dans son esprit, et lui avaient même montré comment s'y prendre.

Mais il est temps, chers lecteurs, de laisser là cet épisode. La prochaine fois, nous reprendrons le cours de la bataille menée par le Génie d'or contre les robots énormes de Fantômas, en particulier Aclanïm, autrement appelé le Grand Vert.

Les commentaires sont fermés.