17/12/2015

777 Aphorismes ésotériques

777 aphorismes 1 001.jpgUn livre que j'avais fait paraître confidentiellement et sous pseudonyme en 2004 vient d'être réédité, après une refonte et une révision serrées et complètes, sous le titre modifié de 777 Aphorismes ésotériques. La couverture même a été légèrement changée et améliorée.

J'en suis assez content, car cette fois je pense que c'est un bon livre. La précédente édition était épuisée, et ne s'était pas mal vendue: le titre et la couverture intriguaient. Mais le texte manquait de maturité et n'avait pas été soumis à un examen critique suffisant. Cette fois, il a été relu par une dame qui non seulement connaît bien la langue, mais de surcroît n'est pas du tout sur la même ligne philosophique que moi. Je le voulais, pour me rendre compte de la réception des pensées exprimées. Je n'ai évidemment pas suivi toutes les opinions émises, puisqu'on me reprochait de parler de Dieu comme d'une personne, par exemple; mais les remarques de style m'ont été précieuses et m'ont permis de prendre conscience de quelques défauts.
L'image de couverture est de moi, et est de nature symbolique et mythologique. Il fut un temps où je peignais et où j'hésitais entre la littérature et la peinture. J'ai fait un triste choix pour la littérature diront certains. En tout cas la peinture peut s'en satisfaire diront d'autres. Mais cette fresque a frappé, en général, et n'a pas déplu, sauf à ceux qui la trouvaient trop sombre.

Ceux qui ont lu les deux versions ont avoué avoir été surpris de trouver celle-ci tout à fait bonne.

Le quatrième de couverture dit: 777 textes courts, parfois moins d'une ligne, pour appréhender ironiquement le monde moderne, ou pour se détacher des apparences et pénétrer le monde du mythe.

Il est un moment où entre le fantasme Aphorismes 2 001.jpgcollectif qui se veut réalité et l'imagination individuelle qui se veut surréalité, la frontière s'abolit. Poétiquement, la seule question qui reste est celle de la richesse du coloris.

Il indique ce que j'ai voulu faire, un mélange de Voltaire et d'André Breton, mais peut-être avec plus de franche entrée dans le sacré que chez le second: quelque chose se lie aussi à Joseph de Maistre. J'évoque le merveilleux moderne, la science-fiction, ou les mythologies antiques - et même Captain Savoy est présent!

On peut acheter ce livre en ligne, et, cela soit dit en toute modestie, cela peut faire un excellent cadeau de Noël, notamment parce que formellement, extérieurement, il est très joli. Mon ami Stéphane Littoz-Baritel a travaillé sur une image de ma fresque pour en accroître les contrastes et mieux mettre en relation ce qui pouvait l'être: il en a somme toute amélioré la composition. Car je l'ai peinte vers l'âge de vingt ans, et je n'avais pas toujours les idées claires, je manquais de recul. Je me jetais dans les formes prises une à une, les formes qui m'apparaissaient et intérieurement m'ébranlaient. Le livre en garde quelque chose mais c'est justement la composition que durant tout ce temps j'ai essayé d'améliorer.

Et puis la couverture est lisse et brillante, elle est souple et délicate au toucher, c'est idéal.

Rémi Mogenet
777 aphorismes ésotériques
Le Tour
12 €

08:36 Publié dans Commerce, Littérature, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

28/11/2012

Salon du livre à Grésy-sur-Isère en Savoie

img.jpgDimanche prochain, 2 décembre, je serai avec les éditions Le Tour à un salon du livre à Grésy-sur-Isère, dans le département de la Savoie; il a a lieu à l'Ecomusée de la Combe de Savoie de 10 h à 17 h; l'entrée est libre. C'est l'occasion de découvrir les bords de l'Isère, qui valent ceux de la Seine, du Lignon, et même du Mékong, à cause de l'égalité de tous les cours d'eau, dans le monde. Chacun a son charme, pour ainsi dire. Même si l'ange qui les meut ou les protège apparaît en réalité d'un rang différent, selon les cas. Mais celui de l'Isère se manifestera, j'espère, quand je serai à Grésy. Un poète tarin, Arnollet, assure que cette noble rivière fut créée par l'archange saint Michel lui-même, lors de ses combats contre le Dragon; il a composé sur le sujet un poème. Et j'ai consacré à cet Arnollet un chapitre dans mes Portes de la Savoie occulte, que bien sûr je présenterai au public ce jour-là, même si ce ne sont pas les éditions Le Tour qui l'ont publié. Je présenterai, pour les éditions Le Tour, De Bonneville au mont Blanc, le toit de l'Europe étant célèbre partout, comme les auteurs qui en ont parlé, et pouvant être présenté à tous les publics du monde. Et j'aurai devant moi sur mon stand aussi Les Prisonniers du Caucase, de Xavier de Maistre, auteur qui a sa statue à Chambéry: je l'ai préfacé; Muses contemporaines de Savoie, qui ont consacré plusieurs chapitres à des écrivains qui ont vécu au bord de l'Isère, voire qui y sont nés, tel Jean-Luc Favre; et quelques autres encore. N'hésitez pas à venir me rendre visite!

08:40 Publié dans Commerce, Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

21/11/2011

Salon du livre des Marches, en Savoie

livre-en-marches.jpgLe week-end prochain, je serai au salon du livre des Marches, près de Chambéry. C'est la première fois que je m'y rends, et je me réjouis, car j'aime changer de département: cela me fait voyager. Je ne connais pas si bien la Savoie du sud - comme l'appellent les régionalistes. Le public est différent de celui de la Haute-Savoie, l'atmosphère est également différente. On rencontre de nouvelles sortes de personnes.

Au début de ma collaboration avec les éditions Le Tour, je participais souvent à des livres qui concernaient aussi bien le département de la Savoie que celui de Haute-Savoie: Le Siège de Briançon de Jacques Replat, que j'ai préfacé, se passe au bord du lac d'Annecy, mais aussi en Maurienne et en Tarentaise, et Replat lui-même, quoique vivant à Annecy, était né à Chambéry. La nouvelle des Prisonniers du Caucase de Xavier de Maistre, que j'ai aussi préfacée, a été écrite par un Chambérien bien connu, qui a sa statue devant le Château des Ducs. Et puis il y a eu mon livre Portes de la Savoie occulte, qui évoque la littérature au temps des princes et les mystères que les écrivains aimaient alors évoquer, en rapport avec la dynastie. Mais il s'est avéré que le public ne réagissait pas favorablement à cette invocation à l'ancienne Savoie: pour lui, ce n'était pas une référence culturelle significative, distincte - légitime. Je me suis donc, par la suite, concentré sur la Haute-Savoie, et en particulier sur sa partie septentrionale, car il n'y a pas non plus de cohérence claire dans la Haute-Savoie en général: le département n'a pas de culture qui lui soit commune.

J'ai, cependant, retenté récemment la chose, avec mes Muses contemporaines de Savoie. Je dois dire que le succès n'en est pas retentissant. A Annecy, un libraire important600px-Vitrail_-_Savoie.jpg a renvoyé les exemplaires en disant que la Haute-Savoie n'était pas la Savoie. J'aurais dû mettre: Muses contemporaines des Pays de Savoie. Mais c'eût été trop long. Le titre ne pose évidemment pas de problème à Chambéry, et il y a plusieurs écrivains du département de la Savoie qui sont représentés. Mon camarade tarin Jean-Luc Favre, par exemple, ou l'excellent patoisant Pierre Grasset, ou encore le noble poète gastronome Philippe Roman, le fin poète potier Émile Simonod et le célèbre Mauriennais à demi corse - par son père - Paul Vincensini, dont le talent est reconnu. Je suis donc heureux de me rendre à ce salon, qui aura lieu samedi après-midi et dimanche toute la journée. Pour les habitants de Genève, venir à Chambéry serait naturellement l'occasion de visiter la belle maison des Charmettes de Jean-Jacques Rousseau. Et aussi de voir la cité qui a abrité les princes tant haïs de 1602! Ceux qui parmi eux ont été reconnus comme des hommes d'excellence sont honorés dans la cathédrale Saint-François-de-Sales: c'est toute une atmosphère!

08:19 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

17/11/2011

Esperluette, salon du livre à Cluses

thumb-esperluette---le-salon-du-livre-de-cluses--5517.gifDimanche prochain, 20 novembre, de 14 h à 18 h, je serai au salon du livre de Cluses (Parvis des Esserts), appelé Esperluette, pour présenter mes deux derniers ouvrages, Muses contemporaines de Savoie, les écrivains savoyards depuis 1900, et De Bonneville au mont-Blanc, itinéraire littéraire de la vallée de l'Arve. Dans le second ouvrage, Cluses même a un chapitre qui lui est consacrée: Théophile Gautier l'a évoquée, mais aussi Gœthe, André Chénier, Horace-Bénédict de Saussure... Dans le premier, la noble capitale du décolletage est représentée au moins par Elisabeth Charmot, qui en est originaire!

Au salon seront également présents, soit samedi, soit dimanche, soit les deux, des écrivains récemment publiés par les éditions Le Tour (de l'association desquelles je suis le secrétaire): Marcel Maillet, Michaud Michel, Gérard Bosson, trois écrivains qui font justement partie de ma revue des Muses contemporaines: cela constitue une équipe!

Ils vous attendent tous: n'hésitez pas à venir.

07:30 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

03/11/2011

Salon du livre du château de Ripaille 2011

303068_243665399024221_100001422888729_700838_238659335_n.jpgComme chaque année depuis pas mal de temps, je serai au salon du livre du château de Ripaille, près de Thonon, pour l'édition de cet automne 2011: c'est le 6 novembre, dimanche prochain. Je présenterai un ouvrage que je n'avais pas l'an passé: Muses contemporaines de Savoie, les écrivains savoyards depuis 1900, avec dedans des écrivains du Chablais en général et de Thonon en particulier: ils sont présentés de façon assez claire, à mon avis. Un lecteur de Bretagne, originaire d'Ugine (en Savoie), m'a envoyé une lettre pour me féliciter de cet ouvrage, et dire son contentement d'avoir pu appréhender la démarche souvent assez compliquée des auteurs de façon aisément accessible. Une lettre d'un admirateur, cela fait toujours plaisir! Mais j'ai justement essayé de mettre à la portée de tous des voies qui fréquemment sortent des travées habituelles, et n'hésitent pas à toucher du doigt la lumière de l'âme, le mystère qui dort au fond des choses.

Jean-Vincent Verdonnet a chanté en beaux vers le Léman; Marcel Maillet a vu entre les saules de ses bords briller l'Éternel; Elisabeth Charmot vit et travaille à Thonon, et elle a écrit de beaux livres; Freddy Touanen a évoqué avec beaucoup de grâce les légendes du haut Chablais; Hyacinthe Vulliez, originaire des environs de Thonon, a chanté la nature en y décelant des flammes mystiques; et ainsi de suite: le Chablais est devenu très productif, sur le plan littéraire! Le lac de toute façon y renvoie les feux des astres en dessinant dans l'air les figures étranges de nymphes que les poètes voient comme en rêve... Marcel Maillet en a parlé, dans un recueil qui sortira bientôt, et dont je reparlerai.

Les vapeurs éclairées font des arcs colorés qui sont l'entrée du pays des fées: telle est la vertu d'un lac, d'une mer!

12:52 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

30/05/2011

Signatures en Savoie

decitre-chambery-photo.jpgAprès l'espèce de campagne promotionnelle dont j'avais annoncé les étapes d'un coup il y a quelques mois, et dont j'ai évoqué quelques épisodes, notamment ceux de Tarentaise, je vais continuer prochainement à essayer de vendre mon dernier livre, Muses contemporaines de Savoie - les écrivains savoyards depuis 1900. Je serai:
- samedi 4 juin, à partir de neuf heures et demie (et jusqu'à midi), à Moûtiers, capitale de la Tarentaise, à la librairie Allemoz (5, Grande Rue), et
- samedi 11 juin (jour de mon anniversaire) à Chambéry, à la librairie Decitre (75, rue Sommeiller), à partir de 15 heures.

Ensuite, j'ai déjà des dates: le salon du livre de montagne de Passy, début août; la médiathèque d'Evian, courant septembre; la médiathèque de Seynod, courant novembre.

Pour le moment, j'ai toujours vendu quelques ouvrages, lors des séances de dédicace. Les conférences à Samoëns, Loisin, Nangy, Ambilly, ont été appréciées, je crois, et elles m'ont donné mistyriver.jpgl'occasion de lire des pages de mon livre présentant hardiment les chemins intérieurs empruntés par les poètes. Comme notre éducation, que gouverne l'État, est très orientée vers le matérialisme, cela surprend toujours plus ou moins. C'est un peu comme une quête, de rouvrir des âmes qui ont été comme fermées à ce monde qui au fond est le leur. Je pense que c'est nécessaire, car cela fait partie intégrante de la vie humaine.

On pourrait incriminer le consumérisme d'une façon globale; mais à mon avis, cela diluerait l'éventuelle responsabilité des acteurs culturels. Il est vrai que se dresser contre ce qui règne fait prendre un risque; mais la vie culturelle souffre aussi de ce que ses animateurs ne veuillent pas vraiment en prendre, et qu'ils pensent d'abord aux nécessités matérielles auxquelles ils sont soumis, et au poids de la société. On s'en remet à l'État, et c'est un peu commode, comme on dit.

07:30 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook