Rousseau et le verger des Charmettes

Charmettes avec fleurs.jpgL’anthologie de la poésie française de Jean Orizet, parue récemment aux éditions Larousse, m’a révélé que Jean-Jacques Rousseau avait composé des poèmes en alexandrins, en particulier une sorte d’ode en hommage au verger des Charmettes, son paradisiaque séjour près de Chambéry avec Mme de Warens, sa maman. Naturellement, je n’ai pas pu ne pas lui consacrer un article dans Le Messager, même si j’ai déjà fait allusion, par le passé, aux évocations en prose du même lieu chéri, notamment dans Les Rêveries d’un promeneur solitaire. C’est cette semaine dans l’hebdomadaire de Haute-Savoie, et c’est fait pour intéresser tous les Genevois attachés aux écrivains qui sont sortis de leur digne cité.

Les commentaires sont fermés.