Pestalozzi et l’apprentissage des langues

Johann_Heinrich_Pestalozzi.jpgOn se souvient peut-être que j'ai commenté la méthode qui consiste à enseigner une langue en commençant par la théorie grammaticale, en la condamnant et en disant que ce qui doit d'abord prévaloir, c'est l'immersion dans la langue étrangère, afin d'acquérir des mécanismes spontanés, des habitudes, et travailler par imitation et réactivité instinctive.

Or, j'ai lu récemment dans le bulletin 2009 du Centre Pestalozzi d'Yverdon les lignes suivantes, traduites du maître même: l'apprentissage du langage n'est nullement en soi, au stade de son exercice initial, affaire de formation intellectuelle, mais bien d'audition et d'articulation. La connaissance de toutes les règles grammaticales n'est rien d'autre que la pierre de touche apte à constater si les procédés naturels auxquels s'est conformé l'élève en apprenant à écouter et à parler, ont atteint leur but et lui ont vraiment servi à quelque chose. Ces règles sont assurément, de par leur nature, le terme d'une étude des langues psychologiquement bien ordonnée, et n'en sont pas le commencement.

Autrement dit, la connaissance de ces règles permet de vérifier qu'on a bien répété ce qu'on avait entendu - et le cas échéant, corriger ce qui ne convient pas. On ne peut pas mieux dire: c'est ce que je pense.

Pestalozzi.jpgNéanmoins, Pestalozzi dit que l'immersion naturelle ne suffit pas: il faut la soutenir. Mais pas par la connaissance théorique, mais par la répétition délibérée d'emplois de tournures spécifiques, notamment lorsqu'il s'agit des articulations logiques du discours. Le plus original est alors qu'en rien, selon Pestalozzi, il ne doit être question explicitement, encore, de grammaire, de syntaxe: ces exercices doivent être faits sans explication théorique, de façon répétitive, afin d'acquérir des habitudes: pour ainsi dire, dans des ateliers d'écriture, ou par des phrases qu'on apprend par cœur, et contenant les prépositions, les adverbes, les conjonctions exprimant ces relations logiques: il faut commencer en apprenant des exemples, et en faisant créer des phrases suivant le modèle de ces exemples (utilisant les mêmes prépositions, conjonctions et adverbes), avant d'en dégager, pour finir - plus tard -, la théorie grammaticale.

N'est-ce pas sublime?

Les commentaires sont fermés.