Conférence de presse publique « Haute-Savoie »

auton1.jpgMercredi 15 décembre à 18 h, à la bibliothèque d'Annemasse (4, place du Clos Fleury), aura lieu une conférence de presse publique sur la parution de la nouvelle encyclopédie Bonneton sur la Haute-Savoie. Seront présents trois auteurs de cet important volume: Catherine Hermann (pour la partie Histoire), Marc Bron (pour la partie Langue), moi-même (pour la partie Littérature). C'est ouvert à tous, et il y aura des exemplaires à vendre, au cas où. Il y aura sans doute aussi des images projetées. C'est un événement.

Nos amis genevois peuvent s'y intéresser, la Haute-Savoie étant limitrophe et en même temps, pour sa partie septentrionale, aimantée par Genève, ce qui se ressent même sur le plan culturel. Les évocations du mont Blanc par Horace-Bénédict de Saussure sont mentionnées par tous comme marquant d'une pierre blanche le début d'une ère majeure, pour le territoire concerné.

pape.jpgJ'invite donc les lecteurs de la Tribune de Genève à s'intéresser à cette publication nouvelle. En souvenir, au moins, du duc de Savoie Amédée VIII, qui fut évêque de Genève, et demeura généralement à Thonon. Et cela, même si François Bonivard, dans ses Chroniques, en fait un ambitieux qui par égoïsme mit fin aux libertés genevoises. Le même Bonivard rappelle que son petit-fils, Jean-Louis de Savoie, fut un valeureux évêque de Genève - non qu'il fût pieux comme François de Sales, mais qu'en tant que prince, il fut d'une autorité sans faille, et n'admit jamais aucun empiètement d'un pouvoir extérieur sur Genève même. Bonivard affirme qu'il fut despotique entre les murs de celle-ci, également; mais il défendait ses intérêts, qui étaient aussi les siens propres, et le peuple, encore après 1535, gardait, selon le célèbre chroniqueur, un bon souvenir de la vaillance, du courage, de la force d'âme de Jean-Louis de Savoie!

En souvenir de son règne, donc, que l'on n'hésite pas à venir jusqu'à Annemasse à la date précitée.

Commentaires

  • Bon, tous ces personnages historiques que vous citez n'avaient rien à faire de la Haute-Savoie, qui n'existait pas à leur époque. Ils venaient en Savoie (de Saussure) ou ils étaient originaire de la Savoie. Est-ce cela que l'on nomme anachronisme? N'embrouillez pas ces Genevois qui, comme beaucoup de Savoyards, croient que la Savoie était française depuis avant 1860. Ils vont finir par penser que Horace-Bénédict de Saussure passait ses vacances en Haute-Savoie...

  • Le livre n'est bien sûr pas consacré à l'entité administrative, dont d'ailleurs il est clairement rappelé, dans le livre, qu'elle a été créée en 1860, mais au territoire qu'elle recoupe.

Les commentaires sont fermés.