La négation du diable

unnamed.pngOn feint souvent que la croyance au diable soit un moyen de soumettre le peuple par la peur. En réalité, il s’agit de considérer que l’homme est détaché dans sa véritable nature du mal qu’il fait. Sans doute, comme disait David Lynch dans un de ses films, le diable ne vient que si on l’a invité. Mais le mal est bien fait par lui, en un sens. Le pardon des mauvaises actions passe par l’idée que l’être humain est dirigé par une force extérieure, lorsqu’il les commet. Alors la prison prend tout son sens: elle doit fortifier l’âme jusqu’à ce qu’elle soit en mesure de se détacher du diable, qui lui susurre ses commandements de sa voix enchanteresse.

Je ne fais l’apologie de rien. Mais saint Paul parlait de la même façon de la peine de mort. Elle avait pour vertu de fortifier l’âme pour les temps futurs. Pour une autre vie – ou pour le ec5dbdf4b906391f1b04082578dbd335.jpgJugement dernier, disait-il: on ne lui tiendra pas compte, alors, de ses fautes déjà punies de mort. Cela signifie, d’un point de vue karmique, que dans les vies suivantes, son âme aura acquis les moyens de résister aux appels du malin qui l’a poussée à agir dans sa ou ses vies antérieures. Elle sera renforcée par l’épreuve. Car la peine n’est pas infligée pour le passé, mais pour l’avenir.

Naturellement, pour des âmes qui ne considèrent pas la vie future – qui n’y croient pas, peut-être, qui ne songent ni à l’enfer ni aux vies successives –, la peine de mort apparaît comme inutile et absurde. Une peine purgative est forcément, à une époque matérialiste, située en cette vie, et doit transformer un mauvais sujet en bon citoyen.

Cela n’est pas sans rapport avec la prétendue laïcisation de l’enseignement, qui place le salut dans la sphère terrestre et ne propose pas tant une ascension intérieure qu'une ascension sociale, un accroissement des richesses et du statut. Cela n’est pas sans rapport avec ce que proposait Jean-Jacques Rousseau, AVT_Charles-Duits_3009.jpegl’instauration d’une religion purement républicaine, liée à la vie terrestre, sans projection pour l’individu vers l’avenir.

Cela scandalisait Charles Duits, à juste titre: il croyait en l’éternité de l’individu profond, et que l’éducation devait servir à son évolution au travers des siècles.

Située dans l’espace physique ou non, cette philosophie a toujours un fond religieux. Car, si on rejette l'idée du diable, c’est qu’on assimile l’homme à ses actions, et donc qu’on confond le diable et l’homme. Ainsi, un peu comme Tacite avec Néron, puisqu’on ne détache pas le démon de l’être humain, on peint le méchant comme un monstre. On le fait constamment pour Hitler, sans voir que son cas en devient aberrant et hors de toute comparaison avec les hommes ordinaires. Or, comme le disait J. R. R. Tolkien, il était quelqu’un de très ordinaire, qui n’avait fait qu’accueillir en lui l’impulsion démoniaque avec plaisir, et en avait perdu son âme: il l’avait vendue, pour devenir le prince de l’Allemagne. Et combien de gens n'ont-ils pas des rêves comparables sans avoir jamais le moyen de tuer en masse!

Ce n’est que lorsqu’on accepte de regarder en face ses démons qu’on peut s’en libérer. Si on assimile les autres au diable, si on réduit le second à l’âme des gens mauvais, on ne voit le mal que chez les autres, on ne peut pas le voir en soi. Car chacun sait bien qu’il n’a rien soi-même de monstrueux, qu’il a de bonnes raisons d’agir: ce sont toujours les autres, qui sont différents!

À cela, un cinéaste tel que David Lynch initie. Le romancier Stephen R. Donaldson fait de même. Cela passe en général par l’art, car cela passe par la représentation – au moins par l’imagination individuelle, privée – de figures purement spirituelles, psychiques.

Commentaires

  • Le diable est-il une création de Dieu ou une invention de l'Homme ?

  • L'Homme a inventé Dieu puis celui-ci a engendré le diable.

  • La formule est jolie, mais elle suppose que le dieu inventé par l'homme s'est mis à exister. Sinon il n'y a que l'Homme, dont l'existence est indiscutable.

  • Voire. Ne serait-il pas un singe qui se prend pour un homme, simple fiction inventée par les philosophes?

  • En effet, "The Third Chimpanzee", comme l'appelle Jared Diamond.

  • Mais qu'est-ce qu'un chimpanzé sinon une idée illusoire plaquée sur de la viande qui bouge? Simple morceau de boue, qui t'a donné un nom?

  • Les chimpanzés ont-ils aussi neuf milliards de noms ?https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Neuf_Milliards_de_noms_de_Dieu

  • Tout est Dieu dans les noms puisque tous sont inventés à partir de la pensée.

  • "la viande qui bouge"
    Cette dénomination me gêne pas. Mais ne l'utilisez pas pour des gens que vous estimez, ils risquent de ne guère l'apprécier.
    Cette manière de considérer les créatures (êtres humains compris) si elles ne sont pas créatures de Dieu me rappelle la parole du plus important dignitaire musulmans d'Australie il y a une douzaine d'années: commentant plus ou moins directement le viols de plusieurs jeunes filles par deux frères musulmans qui avaient exprimés leur mépris pour les "incroyantes", il avait traité les femmes australiennes "impudiques" car peu vétues, comme de la viande exposée aux yeux et au désir des hommes.
    Votre manière de décrire les créatures sans Dieu est, j'en suis certain, loin de cette vilaine, mais je crains qu'elle ne trahisse quelque chose de ce courant de pensée, que "notre" Hani Ramadan aime à exprimer par la métaphore de la pièce de monnaie qui circule de main en main.
    P.S. J'espère me tromper et si vous estimez au plus profond de votre consciente que c'est le cas, je vous présente mes excuses.

  • Mon inspiration est plutôt Valère Novarina qui, parodiant peut-être les paroles matérialistes habituelles, ou les prenant au pied de la lettre, parle pour l'être humain de viande qui parle. Je ne pense pas qu'il doive quoi que ce soit aux islamistes, qu'à ma connaissance il déteste. Quant à moi je suis parodique aussi, car je crois en l'âme des bêtes et en la divinité de l'homme et de la femme, et a fortiori en l'esprit divin de l'univers.

  • Je vous remercie de votre réponse.

Les commentaires sont fermés.