CXLVI: le défi du Grand Vert

0000.jpgLa dernière fois, nous avons laissé le Génie d'or alors qu'il s'employait constamment à sauver les Parisiens de la mort, attaqués par un robot vert dans la tour Montparnasse.

Comprenant qu'il lui serait difficile de tuer le Génie d'or, qui volait et se transportait instantanément d'un lieu à un autre, Aclanïm le Robot doué d'âme décida de multiplier les obstacles aux sauvetages nombreux que Solcum, à la vitesse de l'éclair, entreprenait – et voici! il plaça son épaule contre la tour Montparnasse (haute, comme on sait, de deux cent dix mètres), planta ses crampons rétractables dans le béton du parvis sud, s'arc-bouta et commença à pousser l'édifice, avec encore en son sein des centaines d'hommes et de femmes qui, sentant déjà trembler la tour, hurlèrent de plus belle.

Aclanïm mesurait, de son côté, presque trente mètres – si large et mystérieuse était la science de Fantômas. Cela le faisait énorme. Et sa force était en proportion, et la tour commença à osciller de droite et de gauche, à mesure qu'il la poussait après avoir allumé ses puissantes rétrofusées, cachées sous ses semelles de fer.

Des flammes et de la fumée nauséabonde sortaient du béton qui commençait à fondre là où ses pieds s'étaient plantés, et le parvis se craquelait, s'enfonçait, et dessous le plafond du souterrain que parcourait le train se fissurait, tant la pression était vive. Du haut de la tour, pendant ce temps, des gravats tombaient de la façade endommagée à la façon d'une pluie de pierres, et, en s'écrasant au sol, faisaient jaillir des nuages de poussière. Ils se mêlaient à la fumée noirâtre du parvis enfoncé et, en la rencontrant, virevoltaient et s'enroulaient, comme pris d'excitation. L'air devenu épais ne permettait plus de rien distinguer, et une chaleur suffocante se répandait dans les environs, et les derniers Parisiens présents fuyaient le long de l'avenue du Maine, courant sur la route comme des dératés.

Dans cette épaisseur torride le Génie d'or jetait ses rayons bleutés, à peine visibles désormais; mais de son sceptre à l'émeraude éclatante il créa un vent qui dissipa cette masse suspendue, et bâtit un champ de force, 0000000000000000.jpgentouré d'une fine flamme verte, sur laquelle vinrent se briser et même se dissoudre les gravats qui menaçaient de le toucher. En le touchant, ils s'évaporaient comme une neige frappée par une flamme, et c'est une des choses les plus étonnantes que virent jamais des mortels en leur vie.

Comme il repoussait les fumées, il réapparaissait constamment aux yeux de ceux qui, même à distance, depuis leurs fenêtres, regardaient ce combat, comme une étoile se montre en passant entre deux nuages; et chaque fois, un éclair partait de sa personne, qui réjouissait inexplicablement les cœurs. On voyait cette lumière transporter des hommes et des femmes depuis la tour et les déposer sur l'avenue, et on n'y comprenait rien, sinon que c'était un miracle inattendu, et qu'on pensait venu le dernier jour des mondes, quand les merveilles s'ajoutent aux merveilles.

Le Génie d'or continuait cependant de sauver ces vies, allant d'un endroit à l'autre, rattrapant de ses bras les hommes et les femmes qui tombaient des fenêtres brisées de la tour désormais chancelante, et il n'avait pas le temps de penser à ce que voyaient de lui les Parisiens qui le regardaient.

Mais il est temps, dignes lecteurs, de laisser là cet épisode, pour renvoyer au prochain, quant à l'affrontement direct qui enfin opposa le Génie d'or au robot Aclanïm.

Les commentaires sont fermés.