Napoléon à Nice: souvenirs d'un attentat

20201029_114515.jpgLe jeudi 29 octobre dernier, jour de l'attentat de la basilique Notre-Dame-de-l'Assomption de Nice, j'étais dans cette ville en visite, et voici ce que j'ai ressenti: le modèle républicain plus ou moins ruiné, morcelé, émietté, pulvérisé. Car je venais de Juan-les-Pins, où je logeais, et j'avais pris le train, et le contrôleur a engagé une conversation parce que je n'étais pas en règle, et il a énoncé qu'on ne contrôlait plus rien, que l'État était défaillant, et que moi, professeur dans l'instruction publique, je devais bien le savoir!

Et voici ce que j'ai vu, et ce que je crois savoir: l'éducation a supprimé l'autorité issue de la traduction catholique sans la remplacer par une autorité nouvelle authentique, et en feignant de croire au rationalisme éducatif – c'est à dire que, en expliquant bien les choses, les enfants seraient convaincus que les valeurs de la République étaient parfaites, et que la Nation serait unie! On a feint de le croire, dis-je, car on ne s'est jamais posé la question de ce qu'était un enfant – on a juste rêvé à des valeurs nouvelles, et on s'est juste occupé de miner l'autorité catholique. On s'en est occupé parce qu'on croyait qu'il y aurait une tradition philosophique qui serait plus forte, plus grande, plus vaste, mais on ne s'est pas donné les moyens pédagogiques de la faire exister.

Et on ne l'a pas fait parce que cela demandait des efforts, et que les efforts, c'est fatigant.

De surcroît on n'impose pas des valeurs qui ne seraient pas en résonance avec l'ordre du monde, et on ne croyait pas réellement que celles-ci l'étaient, on n'a pas fait l'effort de vérifier qu'elles l'étaient.

J'ai visité, le même triste jour, le musée de la ville, et on y voyait les ors rutilants de l'époque napoléonienne – on y voyait même Napoléon divinisé, et je me demandais quelle mythologie il faudrait pour tourner les enfants vers les valeurs de la République, et si Napoléon ne pouvait pas au moins être un héros envoyé aux hommes par un dieu républicain, puis guidé par les anges de la Liberté, de l'Égalité et de la Fraternité – comme le voulait à peu près Victor Hugo.

Car entre les rationalistes qui ne veulent pas de mythologie et les traditionalistes qui ne veulent pas d'idées nouvelles, la république française est écrasée dans le néant. C'est à se demander si les rationalistes ne s'en sont pas pris au catholicisme par 1160_xl.jpghaine de la mythologie, s'ils ont vraiment quelque chose à proposer.

Napoléon a essayé de créer une mythologie qui le justifierait, mais elle aussi s'est émiettée. Elle avait pourtant une certaine beauté, comme le montrait le musée de Nice. Mais elle était artificielle, figée, déjà classique au moment de sa création.

Toutefois, on voyait des statuettes de l'Empereur monté sur un cheval blanc et entouré d'une cape rouge qui lui faisait comme une flamme, et je les ai aimées, j'ai failli en acheter une. Pour élever les âmes vers les valeurs de la République, cela m'a semblé mieux que les beaux discours. C'est à dire mieux que rien, en pédagogie. Car un discours peut toujours être contesté, les valeurs de la République peuvent toujours être discutées. Est-on assez naïf pour croire que ce n'est pas le cas? Les enfants aiment les images fortes, le merveilleux, le lien avec le ciel, mais ils ne sont pas pour autant stupides!

Il faudra réformer en profondeur l'éducation, et mettre fin aux illusions du rationalisme. Elles minent la République, en rendant l'éducation inopérante, et en ne créant qu'une autorité factice.

Commentaires

  • Certes, mais comment gouverner un pays avec 67 millions de présidents, sans compter les immigrés illégaux qui revendiquent des droits ? La république est peut-être une forme de démocratie incontrôlable sans la force. Au début des années 60, un coup d'état militaire paraissait imminent jusqu'à ce que l'état prenne progressivement le pouvoir sur l'armée (suppression des tribunaux militaires en 1982).

  • Il faut créer une confédération gauloise.

  • Et donc mettre fin à la monarchie élective.

  • "Il faut créer une confédération gauloise." Et donc renverser l'aristocratie franque...
    Malheureusement, les nobles gaulois se sont bien mélangés avec les envahisseurs... au point que cela a surmonté l'épuration ethnique de 1792...

  • Les Helvètes étaient encore purs, vous pensez, quand ils ont chassé les seigneurs allemands ?

  • Vous devriez lire "De l'Helvétie romaine à la Suisse romande" de Jean-Pierre Felber, édition Slatkine, pour répondre à cette question...

  • Ou plutôt vous, puisque c'est à vous, et non à moi, que je la pose...

  • Moi je l'ai lu mais c'est plutôt difficile à résumer en un commentaire...

  • Résumer, c'est tout un art. Je l'enseigne.

  • Alors on se réjouit tous du résumé que vous allez nous faire du livre de M. Felber...

  • Je ne l'ai pas et n'ai pas envie de le lire...

  • Ah bon ? Je vous assure que c'est un livre très éclairant et qu'il complète parfaitement la lecture de la somme sur la Savoie sous la direction de Claire Pittard. Que vous avez certainement lue, j'imagine ?

  • Bah pas du tout.

Les commentaires sont fermés.