Jésus prophète mahométan

00000000000.jpgL'idée de certains, que Jésus aurait été marié, rappelle une chose simple, c'est le prophète Muhammad, qui lui a été marié. Chez les chrétiens qui attribuent une femme et des enfants à Jésus, y a-t-il un Islam mal assumé?

Il y a là une logique. Les chrétiens imprégnés de l'idée de Jésus marié sont souvent imprégnés de traditions orientales, et qu'est d'autre l'Islam qu'une branche du christianisme imprégnée de tradition orientale? 

On raconte que les cathares croyaient Jésus marié, notamment avec Marie-Madeleine. Un ancien chroniqueur affirme qu'il est saint que Béziers ait été prise le jour de la Sainte-Marie de Magdala parce que les hérétiques à son sujet y blasphémaient. Or, Béziers a appartenu aux royaumes arabes, avec tout le Languedoc, et il est simple de considérer que le christianisme cathare du Languedoc a été influencé par les figures de la tradition mahométane, et en a reçu une coloration spécifique.

Même s'il fallait se référer plutôt à l'arianisme wisigoth, pour cette région nommée d'abord la Gothie, cela peut aisément se relier à l'Islam – d'abord parce que les commentateurs ont globalement dit que l'arianisme et l'Islam avaient beaucoup de traits communs (notamment la référence à la gnose), ensuite parce que même si on ne sait pas ce que l'arianisme pensait de Jésus et de ses relations avec Marie-Madeleine, on sait qu'il considérait que le Fils n'était pas consubstantiel au Père, et donc que Jésus n'avait nul besoin d'incarner la perfection sur Terre. Il pouvait être marié, cela ne changeait rien – il n'était pas, dieu incarné, au-delà des sexes ou de la nature terrestre.

Mais il faut se poser la question d'un christianisme qui ne donnerait pas la possibilité à l'être humain de spiritualiser entièrement la relation amoureuse. Car qu'il y ait eu de l'amour entre Jésus et Marie-Madeleine ne fait aucun doute; mais les catholiques ont estimé qu'il s'exerçait sur un plan entièrement supérieur, où le corps physique n'agissait plus. 

Et c'est là le mystère propre au christianisme, selon moi: il promet un corps glorieux qui ne pèche plus, mais reste quand même réel, substantiel – pleinement présent au monde. Il ne promet pas, comme les Orientaux, une dissolution dans la splendeur universelle – lumineuse selon les optimistes, après tout ténébreuse selon les athées, qui en un sens sont ici lucides. (Car qu'est-ce qu'un paradis dans lequel on n'existerait plus comme individu – ou être pensant –, sinon un enfer?)

Si on veut dire que Marie-Madeleine était elle-même une initiée de haut rang, il faut savoir que, dans la tradition islamique, Aïcha, troisième épouse de 2042358300.jpgMahomet, est dans le même cas, et qu'elle a enseigné des choses saintes, et qu'elle est nommée Mère des Croyants. Autant dire incarnation de la Mère divine! Manifestation d'Isis! 

Il est après tout possible que l'idée de Marie-Madeleine femme de Jésus soit venue du modèle d'Aïcha femme de Mahomet. Que cela ait été conscient ou pas, c'est très vraisemblable.

Commentaires

  • Vous oubliez un léger détail : pour les musulmans, le fait de considérer le Christ comme fils de dieu est un blasphème. Comment imaginer un dieu qui crée l'Univers en 7 jours et qui a besoin de s'unir à une femelle humaine pour avoir un fils ? C'est assez absurde et sur ce point, je suis théologiquement parfaitement d'accord avec les musulmans...

  • L'allusion à l'arianisme renvoie à cela, je ne l'ai pas oublié: pour les ariens Jésus-Christ n'était pas réellement Dieu, le Fils n'est pas consubstantiel au Père, qui seul est Dieu absolument. Cependant dans l'Islam Jésus est réellement né d'une vierge et d'un être spirituel, je pense une sorte d'ange, comme les héros antiques, ou Merlin.

  • "Il est après tout possible que l'idée de Marie-Madeleine femme de Jésus soit venue du modèle d'Aïcha femme de Mahomet. Que cela ait été conscient ou pas, c'est très vraisemblable."

    Très improbable vu que l'idée de Marie-Madeleine femme de Jésus se base entre autres sur l'Évangile selon Philippe, texte gnostique qui date du 4ème siècle.

  • L'expression exacte de cet évangile de Philippe renvoie à un être spirituel, le Christ, différent de l'homme charnel Jésus. Cela fait allusion au Cantique des cantiques, dans lequel les épousailles se déroulent entre l'âme collective d'Israël et la divinité, Yahvé. C'était compris ainsi par la tradition juive. Il est donc intéressant de comprendre pourquoi, éventuellement, les Languedociens du treizième siècle l'ont compris comme étant des épousailles charnelles. Il y avait bien sûr une tendance générale à matérialiser les mystères, à faire des dieux païens des anciens rois ou des sorciers, des elfes des seigneurs locaux, du paradis une terre physique située à l'ouest - tendance qu'on observe assez bien dans la littérature de cette époque. Mais dans le Languedoc spécifiquement, il y avait le modèle de Mahomet et Aïcha, d'emblée pendant terrestre de l'union mystique évoquée par Philippe.

Les commentaires sont fermés.