Valeur des vies antérieures

00000.jpgL'autre jour, je racontais à une dame l'anecdote connue de Rudolf Steiner à qui une autre dame avait dit être la réincarnation de Marie-Madeleine. Il lui répondit être bien obligé de lui annoncer qu'elle était la vingt-quatrième qu'il rencontrait. 

Ce qui prouve que les rêveries sur Marie-Madeleine ne sont pas si récentes qu'on croit, et que la chose en court depuis longtemps dans les milieux occultistes et mystiques. 

Une grande sainte réputée faire l'amour a quelque chose qui rappelle Vénus. Elle pose la question de la conciliation difficile entre la sainteté et la vie sexuelle – sa force, son attrait. Saint Augustin disait qu'on projetait sur Vénus et Jupiter les mœurs qu'on voulait se justifier d'avoir, la fornication et l'adultère, mais dire cela n'est pas résoudre entièrement la question, puisque l'énigme de la cause de ces désirs demeure – Dieu n'ayant pas pu ne pas les vouloir, puisqu'ils étreignent même les êtres humains qui préféreraient ne pas en avoir.

Mais, racontant cette anecdote, j'entendis mon interlocutrice répondre que c'était possible, que cette dame s'adressant à Steiner pouvait être la réincarnation de Marie-Madeleine; ce à quoi je concédai: Oui, il y a une chance sur vingt-quatre.

On raconte souvent des vies antérieures glorieuses, qui justifient au fond un pouvoir en celle-ci – un titre. J'entends parler d'une autre dame encore qui affirme que dans une vie antérieure elle était une grande guide spirituelle, qui avait des centaines d'adeptes de par le monde. En cette vie, elle essaie de réitérer l'exploit; mais elle n'en a qu'une dizaine dans la haute vallée de l'Aude. 000000000000.jpgComment une telle chute a-t-elle pu être possible? Quels péchés a-t-elle commis?

Nos vies antérieures étaient sans doute aussi banales que nos vies présentes.

J'aime l'ironie. Mais qu'on pourfende l'illusion des glorieuses vies antérieures ne signifie pas que les vies antérieures soient inexistantes, ni qu'elles soient inutiles à évoquer. La question des péchés commis est justement importante, bien plus que ce qui, dans la vie antérieure, peut justifier telle ou telle prérogative dans la vie présente: pour cela, il  s'agit essentiellement d'égoïsme. Un mal arrive, inexplicable, triste, désespérant, injuste. Comment est-ce possible? 

Ce qu'on a commis comme mal s'est inscrit dans l'âme, et le bien qu'on fait pour le compenser peut en purifier. Mieux encore, la souffrance subie purifie aussi. Et Spinoza disait que quand on comprenait les causes de ce qui arrive, on l'accepte – philosophiquement. Et on œuvre tout de même créativement, par la pensée et l'action, on dépasse ce qui vient du passé, et on entre courageusement dans l'avenir. Sinon, n'est-ce pas, le mal qu'on subit paraît absurde et arbitraire.

Quant à ce qu'on a pu faire de bien dans une vie passée, comme de nourrir de sagesse des milliers d'adeptes ou de laver les pieds de Jésus avec ses cheveux, cela empêche qu'on subisse du mal en cette vie; mais le bien qu'on reçoit n'en est pas moins une grâce, face à laquelle il faut rester humble. Les quelques adeptes qu'on a gardés ne sont pas issus des nombreux adeptes qu'on a eus, mais de la bonté des dieux.

Commentaires

  • Les théories sur la réincarnation, chère au bouddhistes, restent évidemment des spéculations indispensables pour que la doctrine tienne.
    Il y a d'autres moyens à la fois plus simples et actuels pour accéder à la notion d'unité de l'humanité et du partage universel de son histoire qui nous imprègne tous.
    Une des pistes a été découverte avec ceux qui ont étudié la mémoire de l'eau. Notamment les expériences du Prof. Montagnier qui est sous les feux des médias actuellement dans la crise sanitaire.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mémoire_de_l'eau

    Un grand nombre de chercheurs scientifiques dont le prof. Masaru Emoto, ont mis en évidence l'impact de diverses influences sur l'eau en la gelant ou en régulant le flux pour la dynamiser.
    https://fr.sott.net/article/30628-Les-incroyables-cristaux-d-eau-de-Masaru-Emoto

    Ces travaux rejoignent un sentiment largement partagé par les mystiques de tous genres qui suggèrent que nous serions à la fois le un et le tout. En nous, dans chacune de nos cellules, serait contenue non seulement l'histoire entière de notre espèce mais la clé des préoccupations existentielles.

    Quelques uns l'ont éprouvé lorsqu'ils ont découvert l'imposture du moi. Ils témoignent tous d'une universalité qui pourrait bien expliquer ces sentiments plus ou moins confus d'avoir vécu d'autres vies.

  • L'âme n'est pas faite de l'eau, plutôt de chaleur, et la chaleur n'est pas seulement répandue de façon uniforme, elle se centre invisiblement en monades. Ces monades de chaleur centrée se modifient imperceptiblement après une vie passée dans le froid terrestre, mais créent aussi les conditions d'une vie passée dans ce froid, par la constitution d'un corps à l'image des caractères également imperceptibles de ces monades. Comme disait saint Augustin, le feu a un poids qui l'attire vers le haut, tandis que l'eau tombe. Et l'âme est comme le feu, pas comme l'eau.

  • Grand sage est celui qui sait ce qu'est l'âme.
    Je me contentais de prendre cet exemple de l'eau pour illustrer le caractère universel de la conscience, ou plutôt de l'esprit, car la conscience est aussi un concept trop abstrait.
    Et j'observe tout de même au passage que le corps humain adulte est constitué d'environ 60% d'eau. Chaque cellule de notre corps véhicule donc cette information immémoriale.

  • Au-delà de la fabrique "d'esclave par amour" due à nos hormones que sont quelques éléments de notre cerveau, ce qui source nombre d'histoires millénaires, aussi factices que fondatrices potentielles de religion ou de sectes, j'invite

    non Pierre Jenni dont je sais qu'il a tout lu, mais tous lecteurs interrogatifs, à se plonger dans l'univers au-delà de toutes perceptions, à commencer par la formation des trous noirs massifs, à poursuive avec la dark matter et son rôle. J'aurais adoré qu'un astronome -physicien tombe amoureux de moi, pour lui extirper tout ça. Ce qui est Totalement contre nature.

    Sauf que. Nous avons la chance de vivre à un moment de capacités informatiques telles, que nombre de ces infos nous sont dispos. Magnifiques répliques informatisées. Visionnez ces rapports sur ARTE France 5 TV en replay gratuit.

  • Mon incommensurable ignorance m'a encouragé à chercher la définition du terme monade, avec un petit "m". J'ai été servi par Wikipédia, grand merci !
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Monade_(philosophie)
    J'y découvre que c'est un dérivé de l'un, qui englobe le tout.
    Or je découvre dans cet argumentaire sur la chaleur une division, un séparation entre le froid et le chaud, entre l'eau et le feu, bref, tout ce qui n'est justement pas l'un et certainement pas le tout.
    J'ai un peu l'impression qu'on déblatère.
    Suis-je seul à éprouver ce sentiment ici ?

  • Dieu sait où vous prenez vos définitions. https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Monade_(philosophie)

  • Non Pierre Jenni, je vous rejoins. C'est pourquoi me suis plongée sur ces numérisations incroyables issues d'analystes et d'informaticiens, actuellement dispos gratos en replay sur TV France 5

  • Par l'un de ces hasards, ai peint, il y a longtemps, un ensemble de nucleus explosant d'énergies. Ma recherche ou besoin était la capture d'énergies en cours, que je ressentais. Les éléments fondateurs nécessaires à la survie de vie y étaient.

    Ai peint d'autres trucs au 20e siècle/en ai lu d'autres, tous et chacun d'entre eux se révèlent aujourd'hui exacts, liés au futur, notre actuel. Incl. pandémies de par mode de vie.

  • Personnellement je m'intéresse surtout au vivant, la mécanique de l'énergie me laisse indifférent.

  • Et pourtant vous ne parlez pour ainsi dire que d'énergies. Le chaud, le froid, le feu qui attire vers le haut et l'eau vers le bas...

  • En bas il y a la terre. Si c'est aussi de l'énergie, alors... Mais ce qui ne m'intéresse pas c'est le point de vue mécanique.

  • Le feu n'attire pas l'eau vers le bas... C'est plutôt le froid.

  • L'esprit est conscience, raisonnement. L'âme est inconscience elle n'est pas le fruit d'un raisonnement elle est un ressenti qui nous relie intuitivement à une forme de transcendance.

  • Comme le transcendant est un esprit divin il faut bien que l'esprit lie à lui aussi. La pensée saine est détachée de la matière.

  • "...Mais ce qui ne m'intéresse pas c'est le point de vue mécanique."
    Dommage de trier.
    Il est pour moi évident qu'il est impossible de toucher à l'indicible sans comprendre le mécanisme de la pensée qui est toujours vieille, du passé, de la mémoire et de l'expérience. Elle empêche ce voir ce qui est, elle fonctionne dans le connu qui est rassurant pour un moi fictif, entretenu au détriment du neuf, du spontané, de l'insaisissable puisqu'il n'y a plus personne pour saisir quoi que ce soit lorsqu'elle cesse.
    La pensée est créatrice lorsqu'elle se met au service d'une oeuvre et devient l'entrave dès qu'elle s'applique à entretenir l'illusion d'un observateur, un acteur, qui se complait dans une confusion discursive qui toujours esquive la prise de conscience de ce fonctionnement. La pensée est le serviteur suprême de l'ego. Sans compréhension de ce mécanisme pas de salut.

  • C'est beau. Mais le mécanique n'explique rien, c'est dans le vivant que doit plonger la pensée, pour saisir les choses vraies. La pensée ne gagne à explorer les mécanismes que pour apprendre la clarté, si elle conserve les habitudes mécanistes elle ne fait que s'assujettir au sensible, à la perception physique. Et tout ce qu'elle croit expliquer n'est que pure fumée. La pensée entre dans le mystère, et en sort en s'exprimant par des figures, des images, parce que le vivant ne peut pas s'exprimer autrement. Prétendre qu'en observant la mécanique des atomes et des particules en carton de toutes sortes on puisse expliquer la vie me semble dérisoire, et simplement m'ennuie. Je ne suis pas une particule, et le seul atome réel du monde manifesté, c'est la monade humaine, son moi indivisible. Sinon on peut tout diviser à l'infini, justement quand on n'a pas la faculté de distinguer les monades réelles, qui ne sont que spirituelles, et qui servent de centres aux énergies, à ceux qui sont capables de voir celles-ci en mouvement et en cohérence, au lieu de ne les percevoir qu'à travers des manifestations éparses et fragmentaires, purement extérieures, hasardeuses, incompréhensibles, ou à travers des effets statistiques et mécaniques qui ne disent rien de leur organisation globale. Oui, je crois en l'homme comme expression de la divinité sur Terre, oui, je crois en les énergies personnalisées, cohérentes et organisées qu'on appelle les anges, lorsqu'il s'agit de flux non contrôlés par la volonté humaine, et c'est cela qui m'intéresse, c'est cette poésie de la vie qui me semble vraie. Le mécanique naturel est en fait plus réduit encore, au regard de la nature universelle, que la part de machines dans l'existence humaine, et le fait est que ce n'est pas mon ordinateur qui me dicte les paroles que j'écris ici, mais moi, c'est moi, ma volonté, ma monade intime, qui me les dicte! Et ce faisant j'espère simplement faire écho au moi invisible qui me guide - ma muse. Mon bon génie. Centre d'énergies invisible, il me comble, dans mes énoncés, et je n'ai pas besoin du galimatias des physiciens pour m'épanouir. Je peux en reprendre les mots, mais pour personnifier ce qui chez eux ne l'est pas, et donc est pure illusion, pure fumée. Pur effet statistique.

  • Avons-nous tous une âme ?

    Croire n'est pas savoir !

    Ames et âmes !

    Selon mes observations, seules les très belles femmes ont une âme, les autres ne sont pas intéressants !

  • C'est un bonhomme quasi agenouillé qui tourne autour d'un réverbère, un passant le voyant chercher lui demande : Pardon, mais puis-je vous aider ?

    Le premier lui répond ; Oui volontiers, j'ai perdu mon trousseau de clefs !

    Et voilà nos deux lascars plongés dans une recherche approfondie quand, après quelques longues minutes, le second lui demande : Savez-vous, à peu près où vos clefs ont-elles bien pu tomber, êtes vous sûr qu'elles soient tombées sous ce réverbère ?

    Le premier lui répond : Non, elle ne sont pas tombée sous ce réverbère !

    Etonné, le premier s'offusque et lui dit, mais alors pourquoi vous me faites chercher sous le réverbère alors que vous savez qu'elles ont dû ailleurs ?

    Oui, je sais, elles sont tombées là-bas, mais c'est ici qu'il y a de la lumière !

  • Il y a un petit probleme arithmétique avec la théorie de la reincarnation. Je ne vous fais pas l`offense de vous l`expliquer, Rémy. Comment gérez-vous cela ?

  • @Corto Les belles femmes n`ont pas besoin d`une ame a elles pour etre immortelles. Elles se contentent de nous damner et en échange Lucifer leur ristourne notre ame dont elles se font des colliers. Mais que ca reste entre nous, c`est un grand secret.

  • Jean Jarogh, comme tout le monde je prends ma calculette.

  • Justement, Rémy, c`est la que ca coince.

  • Pas du tout, la calculette de mon téléphone marche au poil.

  • @Jean Jarogh, dommage !

  • Tiens... la mécanique de votre calculette ne vous semble pas si indifférente lorsqu'il s'agit de justifier des chiffres.
    Allez, un peu de bonne foi, et moins d'intégrisme Rémy !
    Histoire de rendre vos contributions un brin plus crédibles.

  • D'accord.

  • Cool !

  • Rémy, dans la physique, la partie que je préfère, c'est la particule !

    Et les trous noirs, parce que les trous noirs, c'est troublant !

  • Vous etes bien euphorique ces jours, Corto. Auriez-vous gagné au loto ? Faites-moi signe si vous avez de la peine a tout dépenser.

  • Sans un peu de dérision et une certaine distance, impossible d'avoir le recule nécessaire face à des questions biaisée à la base !

  • La bêtise consciente d'elle-même est encore la seule intelligence capable de lutter contre la bêtise ambiante...

Les commentaires sont fermés.