Les eaux thermales de Rennes-les-Bains, ou l'illusion des vapeurs

FB_IMG_1613238899254.jpgRennes-les-Bains, station thermale de l'Aude, en Occitanie, est déjà dans les Pyrénées, massif si rempli de sources d'eau chaude que Jules Michelet (1798-1874) disait qu'y couvait la chaleur d'une personne. Le cœur de quelque géant foudroyé par Jupiter y bat encore. Le sang qui sort de ses veines n'est pas mort.

C'est peut-être ce qui poussait H. P. Lovecraft (1890-1937) à imaginer, dans ces Pyrénées, de menaçantes entités maléfiques, ou Maurice Magre (1877-1941), de divines nymphes.

Cependant les stations thermales n'en sont pas toutes florissantes. Plusieurs se languissent, et de petites villes nées de leur exploitation, au cœur des montagnes, sont à présent tristement vides, abandonnées. Dans le département de l'Aude, c'est venu s'ajouter à la ruine de l'industrie textile car, en contrebas de Rennes-les-Bains, on trouve les villes de Couiza et Espéraza, désertées et ruinées par la fermeture de fabriques de chapeaux et de sacs.

Rennes-les-Bains n'a plus son ancien lustre, mais beaucoup continuent de raconter ses fables. On cite le livre d'un de ses curés du dix-neuvième siècle, Henri Boudet (1837-1915), qui, type de savant qu'aurait aimé André Breton, a prétendu qu'un cromlech géant était constitué par les rochers naturels des environs, et que le patois local serait celtique et proche de la langue originelle, laquelle serait en même temps l'anglais et l'hébreu. Cela fait rêver, mais la présence inattendue de l'anglais met forcément la puce à l'oreille.

Joseph de Maistre aussi prétendait que l'anglais venait du celte, et c'est sans doute chez lui que Boudet a trouvé cette idée fausse. Maistre cherchait un peu trop les Celtes où il n'y avait manifestement que des Germains – liant absurdement 0000.jpgCharlemagne à la Gaule éternelle.

Mais il y a plus: c'est que les Anglais ont toujours été de grands amateurs d'eaux thermales, et qu'ils ont beaucoup fait pour le succès de celles des Pyrénées autant que pour celles des Alpes, à Aix-en-Savoie aussi bien qu'à Rennes-les-Bains.

L'abbé Boudet a dû en rencontrer quelques-uns dès son temps. Or, dans les sources d'eau naturellement chaudes de Rennes-les-Bains, quand elles baignaient agréablement les membres, que pouvait-on faire sinon créer une substance à ses rêves? Dans la vapeur diluant l'eau même du corps, les fantasmes personnels se déploient à l'extérieur de soi – et advient ce qu'on appelle des visions. C'est ainsi que sont nés les fantasmes relatifs à Rennes-le-Château et à Bugarach, tout proches de Rennes-les-Bains, et que visitaient les curistes quand ils ne se baignaient pas. C'est dans ces eaux chaudes qu'agissaient les esprits élémentaires que j'ai appelés les Mitounes, expression de la vie des lieux. Je les ai nommées telles, parce que les paysans locaux les nommaient telles.

Les rêveries mystiques liées aux cathares qui peuplaient cette région autrefois partagent avec cette eau chaude une dimension sensuelle évidente, qui renvoie encore aux Mitounes, et à ce que Michelet concevait dans les Pyrénées. Plus qu'on ne croit, un lieu peut suggérer des fantaisies, et la sensualité n'étant pas portée à la vérification, on a tôt fait de les assimiler à d'authentiques visions. Mais, de mon point de vue, la clairvoyance montre surtout ce que voyait Lovecraft, ou Michelet. La source des illusions est plus spirituelle, certes, que l'illusion même.

Commentaires

  • Pour ce qui est des Pyrénées dans le Cthulhu Mythos, parlez-vous de la nouvelle "The Horror from the Hills" de Frank Belknap Long?

  • Les grands réservoirs naturels d`eau souterraine sont, parait-il, d`excellents fixatifs pour les émotions fortes de ceux qui ont vécu a proximité. Beaucoup de joies mais aussi beaucoup de malheurs du passé doivent etre restés gravés dans ces eaux. Il se trouve que je suis un jour passé en voiture par Rennes les Bains et je me suis égaré sur une petite route qui finissait traitreusement en cul de sac au milieu de la foret a quelques kilometres de la localité, en direction de Sougraigne. C`était peu avant l`aube d`une froide journée de novembre, je crois. A cet endroit, j`ai vu a travers le pare-brise cinq ou six (pas pensé a les compter) cavaliers défiler en file indienne a travers les arbres. Ils me semblaient etre entre trente et cinquante metres de moi et, dans la demi-obscurité, je voyais qu`ils avaient tous une longue cape rouge et que certains avaient des casques sur la tete qui ressemblaient a ceux des légionnaires romains dans Astérix... J`ai baissé la vitre de l`auto et eu le temps de voir disparaitre ce groupe a parmi les arbres et, alors que tout était alors silence dans cette foret, il se déplacait sans faire le moindre bruit. Pas un bruit de sabots, pas un bruit de métal ni rien du tout. A cause des longs manteaux, je n`ai malheureusement pas pu voir s`ils avaient des glaives au coté, mais les cavaliers me montraient leur profil droit et peut-etre portaient-ils le glaive a gauche. J`ai appris cependant par la suite que les Romains portaient leur glaive a droite du fait que la main gauche était réservée au bouclier. Je crois que ces types n`étaient pas réels, mais plutot des reflets du passé engrammé d`une maniere ou d`une autre dans ce lieu.

  • Gérard: non, je n'en parle pas, car si je l'ai lue, elle ne m'a pas laissé de souvenirs. Mais je vais me renseigner.

    Jean: belle vision. Les vapeurs en contiennent beaucoup. Mais issues du passé, je ne sais pas. Cela peut aussi être des génies ayant pris une apparence familière! Ou des extraterrestres immatériels ayant fait de même. Ou des êtres dématérialisés du futur ayant fait de même. Des elfes. Des anges. Des vignettes d'Astérix sorties de leurs albums. Des démons déguisés. Des serviteurs élégants des Mitounes. Ou des cavaliers participant au carnaval de Limoux. On ne sait pas. Moi je n'ai rien vu de spécial à Rennes-les-Bains, sinon une proportion importante de gens qui disent y avoir vu quelque chose ou connaître quelqu'un qui est dans ce cas. J'ai aussi vu Conan le Barbare dans les Alpes en Savoie, je ne suis pas sûr pour autant qu'il y soit jamais venu. Mais qui sait?

  • Gérard: la fiche Wikipedia : https://en.wikipedia.org/wiki/The_Horror_from_the_Hills indique que F. B. Long a pris les choses de Lovecraft même, de la lettre que je cite incidemment. Je veux dire, relativement aux Pyrénées. Cela dit je ne sais plus si Lovecraft donne un nom à la divinité basque, et je suis content de le découvrir avec Long. Chaugnar Faugn, c'est pas mal, et je risque de m'en servir dans un récit ou des articles! Merci.

  • Alors il serait intéressant de savoir si les aborigenes ont aussi vu ce genre de cavaliers dans les bois. J`ai lu qu`au temps anciens c`était le territoire des Volcques Tectosages, des Celtes venus s`y établir au 3. siecle avant notre ere. Apres tout, ces Tectosages avaient peut-etre aussi des casques et des capes comme ceux que j`ai vus sur ces cavaliers fantomes.

  • Ou pas. Les locaux ne voient rien de ce genre, Jean Jarogh, leurs contes ont été publiés, ils parlent comme partout ailleurs du diable et des lutins. Le thème mythologique populaire le plus intéressant est pour moi celui des Mitounes, des fées retorses et malignes qui créent des illusions pour se moquer des bergers. Mais peut-être aussi pour les guider vers des découvertes matérielles intéressantes. Des statues enfouies, des stèles, des pièces d'or... Il y a également les légendes sur les saints du ciel qui interviennent. Et comme saint Martin est vénéré à Limoux, et qu'il est généralement représenté comme un officier de l'armée romaine, disons que c'est lui qui était de passage, qui était de revue, qui veillait à ce que tout aille bien. Pour l'histoire, s'il faut s'y référer, le guerrier carolingien Guillaume de Gellone a régné comme seigneur à Rennes-le-Château, et comme les Francs s'habillaient volontiers en guerriers romains, c'est peut-être lui et ses hommes que vous avez vus! En tout cas la vision n'a pas forcément valeur d'indice, en histoire. A fortiori de preuve.

  • Je viens de trouver ca: https://www.ladepeche.fr/article/2016/01/17/2257330-ces-introuvables-gaulois.html
    Si les guerriers celtes du coin ressemblaient a ca, mes cavaliers y ressemblaient en tout cas Tout y estm cape et casque. Et moi qui croyais jusqu`a maintenant avoir vu des fantomes de Romains en vadrouille...

  • Quelle erreur!

  • Erreur ? L`article dit que l`équipement des Celtes du coin différait sensiblement de celui des autres. A y repenser, je crois bien que les casques que j`ai vus étaient plutot sombres, trop sombres pour etre romains. Leur couleur (et aussi la forme) correspond par contre a celui de l`image qui doit etre fait de cuir.

  • J'abondais dans votre sens. Mais l'image s'appuie-t-elle sur des documents historiques? Cela pourrait faire soupçonner que votre vision émane de cette image vue dans le journal... D'ailleurs la légende dit seulement "guerrier de l'âge du fer". Cela montre qu'il n'y a même peut-être pas de rapport avec les Celtes. Que c'est juste un fantasme, une vision d'artiste. En outre l'article dit que les Volques n'étaient pas celtes. Je vais vous dire, j'ai lu dans Tacite que les Celtes éduens (dans l'actuelle Bourgogne), pour combattre, se revêtaient entièrement de fer, et que du coup les Romains n'arrivaient à les vaincre qu'en les mettant d'abord à terre, leurs lances ne perçant pas leur armure (voir: https://remimogenet.blog.tdg.ch/archive/2013/10/21/temp-e0dc1508d17cc55288b6e6262eb7cff4-248779.html). Donc les Celtes armés ressemblaient aux chevaliers médiévaux tels qu'on les représente ordinairement, et pas aux "guerriers de l'âge du fer" de cette image de "Jean Vaquer". Cela dit, les Eduens, c'est les Eduens, et pas les Tectosages.

  • A ce que je comprends, on range les "Tectosages" dans le grand fourre-tout des peuples "celtes", mais ils étaient d`autant plus dissonnants dans ce tiroir que relativement enclins au nomadisme. "Tectosage" dérive en fait du mot nomade, en haut lation je crois. Je serais par exemple tres surpris si ces Tectosages parlaient la meme langue que leurs voisins celtes mais ca, on ne le saura probablement jamais.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel